lundi, juillet 22, 2024
AccueilAutresDiasporasInterview exclusive 

Interview exclusive 

Mme Nadine BLA, DG de Capital Connect

« Can 2024, les JNCE, la diaspora et moi »

Engagée dans le tissu économique depuis plusieurs décennies, Mme BLA tisse sa toile à travers plusieurs projets impactant en matière de développement des régions et districts, dans les évènements sportifs et culturels. Elle s’est confiée à nous le temps d’une interview à cœur ouvert.

Diasporas-News : Mme BLA, bonjour, pouvez-vous succinctement vous présenter aux nombreux lecteurs de notre magazine ?

Nadine BLA : Je suis Nadine BLA, Directrice Générale de Capital Connect, une agence d’affaires spécialisée dans le tourisme et l’événementiel. Commissaire Général des Journées Nationales des Chefs d’Entreprises (JNCE). Je suis également Vice-présidente de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Côte d’Ivoire – Conseillère Spéciale du Président pour la mandature 2016-2022. Cette institution entame d’ailleurs le processus électoral de la prochaine mandature. En outre, je suis Administratrice d’entreprises dans les secteurs routier et agricole. Sur le plan social, je préside la Fondation SEMAHE, qui œuvre dans l’éducation des jeunes, l’autonomisation des femmes et des jeunes filles en zone rurale. Enfin, pour terminer, je suis mère de deux magnifiques garçons (ndlr, avec le sourire)

D-N: Capital Connect, que regorge cette entreprise ?

N.B: C’est une entreprise qui existe depuis 17 ans, dont les activités ont démarré lors de la première participation des Eléphants à la Coupe du Monde/Allemagne en 2006. Depuis, l’entreprise est présente sur des grands événements sportifs impliquant les équipes nationales de différentes fédérations ivoiriennes, ce qui fait de notre entreprise, l’agence principale du sport en Côte d’Ivoire. Au fil du temps, Capital Connect a progressivement développé ses activités dans le domaine de l’événementiel, en organisant notamment des forums économiques à l’international ; par la suite est né le forum économique JNCE dans le but de valoriser le potentiel économique, culturel et touristique de nos districts.

D-N: Parlant d’événements sportifs, la Côte d’Ivoire organise bientôt la CAN en 2024, quelle serait votre contribution ?

N.B: Après la CAN 1984, nous avons l’extraordinaire chance d’organiser cette CAN 2023 en terre ivoirienne. Cet évènement continental se tiendra à Abidjan et dans d’autres villes de notre pays.

Le Comité d’organisation de la CAN 23 (COCAN) est à pied d’œuvre pour finaliser les aspects infrastructurels et organisationnels. En tant qu’entreprise citoyenne, nous sommes prêts à apporter notre expertise.

D-N: Quels sont les moyens logistiques que vous comptez déployer à ce sujet ?

N.B: En ce qui concerne les moyens logistiques, notre entreprise a une grande expérience dans l’organisation d’événements sportifs majeurs tels que les CAN. A l’instar des précédentes CAN depuis 2008, Capital Connect était présent au Cameroun dernièrement.

Actuellement, nous sommes en attente du cahier de charges du COCAN et de la CAF. Cependant dans une approche proactive, nous anticipons les besoins et en espérant apporter notre expertise pour aider à faire de cet événement un franc succès sur tous les plans.

D-N: Les JNCE, parlons-en ? Que prévoyez-vous pour l’édition 2023 ?

N.B: Les Journées Nationales des Chefs d’Entreprise (JNCE) sont nées en 2017. Nous en sommes à la 6ème édition tout en sachant qu’en 2020 la sinistrose de la crise sanitaire, n’avait pas favorisé son organisation.

C’est un forum annuel pour le secteur privé, une occasion de rencontrer les autorités nationales et locales, ainsi que les différents partenaires au développement.

Les éditions ont successivement eu lieu dans les régions du Poro, de San Pedro, du Tonkpi, du Sud-Comoé et la 5ème édition s’est tenue dans le district autonome de la vallée du Bandama (Gbêkê et Hambôl).

Nous sommes passés des régions aux districts pour ratisser élargir notre champ d’actions en lien avec le découpage administratif, parce qu’il faut savoir que le district c’est quelque chose de nouveau en Côte d’Ivoire.

A l’origine, nous avions 2 districts autonomes ; depuis 2021, notre pays compte 14 districts administrés par des Ministres-Gouverneurs qui ont pour mission d’en faire la promotion et le développement.

L’idée est de comprendre la culture locale, s’imprégner davantage de tout son potentiel économique et pour cela nous nous appuyons sur le plan national de développement – PND.

Ainsi, notre forum économique s’aligne sur les missions de développement et de promotion du district concerné. Pour Capital Connect, il est question d’amener le secteur privé à s’approprier la cartographie économique de notre pays.

D-N: Est-ce qu’il y avait une implication de cette diaspora auparavant ?

N.B: Depuis ce passage des régions aux districts, il y a un appel qui est fait au niveau de la Diaspora. Nous avons commencé des roadshow depuis l’année dernière et avons été reçu par SEM Maurice Bandama, Ambassadeur de Côte d’Ivoire en France et SEM Issiaka Konaté, Consul Général qui ont soutenu l’édition 2022.

Alors pour la 5ème édition, nous avons organisé ce forum en mode phygital à savoir en présentiel et digital pour permettre la participation des Ivoiriens de l’étranger.

Nous nous sommes appuyés sur le partenaire institutionnel qui est le Ministère des Affaires Étrangères pour mobiliser la diaspora en live et le Directeur Général de la Diaspora a été un des intervenants clés lors du panel inaugural de l’édition 2022.

Par le biais de votre magazine référencé au niveau international, nous invitons la diaspora du monde entier à s’impliquer dans le développement des districts, des régions en participant aux JNCE.

D-N: Que diriez-vous alors à cette diaspora ?

N.B: Pour les 3 premières éditions, Feu le Premier Ministre Amadou Gon Coulibaly en Homme de culture et de vision prenait 48 heures de son temps pour ce forum en région. Son soutien de taille nous a confortés et permis de travailler davantage à la pérennisation des Journées Nationales des Chefs d’entreprises.

Nous avons à cœur de mettre en lumière les champions locaux. Ceux-là même qui impactent la vie sociale, économique de nos différentes localités, de rencontrer les jeunes universitaires en leur présentant des modèles de réussite.

La diaspora possède une expertise avérée et devrait prendre sa place dans le développement économique de la Côte d’Ivoire. Il convient donc de les encourager à participer au forum économique destiné au secteur privé, qui rassemble les gouvernants, le secteur privé national et local ainsi que la diaspora. Il s’agit d’un réel guichet unique.

La valorisation des districts c’est l’affaire de tous, à bientôt pour la 6ème édition.

Je vous remercie !

Propos recueillis par Boni Félix Niangoran

RELATED ARTICLES

Most Popular

Recent Comments