lundi, février 6, 2023
AccueilAutresDiasporasItalie : Aboubakar Soumahoro, le syndicaliste ivoirien élu député de Modène

Italie : Aboubakar Soumahoro, le syndicaliste ivoirien élu député de Modène

Quadragénaire d’origine ivoirienne, défenseur des travailleurs migrants, Aboubakar Soumahoro a frappé un grand coup en remportant le 25 septembre 2022 les élections législatives sous la bannière Verts-Gauche italienne.

Rare personnalité noire de la scène politique italienne, Aboubakar Soumahoro, défenseur des travailleurs migrants, a remporté les élections législatives, le dimanche 25 septembre 2022, sous les couleurs de l’alliance Verts-Gauche italienne dans la circonscription d’Emilie-Romagne. C’est en luttant pour les droits des travailleurs migrants dans les champs de Mezzogiorno qu’il s’est fait remarquer dans la Péninsule.

En 2021, à son initiative, on s’en souvient, la première table-ronde nationale contre l’exploitation des ouvriers agricoles était organisée à Foggia, dans les Pouilles.

« Quand on m’a demandé de me présenter à l’élection, je n’ai pas dormi pendant plusieurs nuits. Ce n’est pas que j’avais peur mais je voulais comprendre sur quelle base j’allais prendre ma décision. Par convenance personnelle ? J’ai compris qu’il fallait que je mette ma personne au service d’une cause plus haute et plus noble pour ceux qui ne se sentent pas représentés et qui vivent le drame de l’exploitation ».

Né il y a 44 ans en Côte d’Ivoire, Aboubakar Soumahoro a placé la dignité apportée par le travail au centre de son combat. Arrivé en Italie à l’âge de 19 ans, après avoir été cireur de chaussures dans son pays natal, il a d’abord vécu à Aversa, dans la banlieue de Naples, et partagé un appartement avec 15 personnes… Dans le pays de Silvio Berlusconi, le syndicaliste a toujours défendu les forçats de la terre. « Mon histoire rejoint celle de ceux qui, parce qu’ils ont une couleur de peau différente, sont stigmatisés et deviennent les boucs émissaires des problématiques qui affligent l’Italie (…) Il faut avoir l’humilité de dire que l’on ne sait pas », a-t-il confié à notre consœur Aminatou Aïdara de www.Infosmigrants.net.

Désormais au Parlement de la Péninsule, l’engagement du syndicaliste ivoirien peut se résumer en ces phrases : « Nous demandons une régularisation d’un an minimum parce que dans une phase dramatique comme celle que nous vivons, on ne peut pas trouver un travail en six mois (…) On utilise l’argument de la couleur de la peau ou la provenance géographique pour réduire des personnes à des conditions de néo-esclavage ». Toutefois, comme il l’affirme, les immigrés ne sont pas les seuls concernés : « notre combat concerne aussi des Italiens qui travaillent, des misérables qui vivent dans des conditions pénibles ».

Il faut dire que ces centaines de milliers de travailleurs agricoles sont exposés en Italie au risque d’exploitation. Une partie d’entre eux sont soumis au « Caporalato » (forme moderne d’esclavage où les intermédiaires, souvent liés au crime organisé, siphonnent une grande partie des maigres salaires versés.

Aboubakar Soumahoro réclame enfin un plan national d’urgence pour le travail ainsi qu’une modification de la loi sur l’immigration.

Inutile d’affirmer qu’avec Aboubakar Soumahoro, la voix détonante de l’Afrique va sonner encore plus fort à l’Assemblée nationale italienne.

Guy-Florentin Yameogo

RELATED ARTICLES

Most Popular

Recent Comments