jeudi, juin 24, 2021
AccueilNon classéAPRES 50 ANS D’INDEPENDANCE L’AFRIQUE CHERCHE ENCORE ...

APRES 50 ANS D’INDEPENDANCE L’AFRIQUE CHERCHE ENCORE SES REPERES.

APRES 50 ANS D’INDEPENDANCE L’AFRIQUE CHERCHE ENCORE SES REPERES.
Les   années  2010  et 2011  ont été  particulièrement  marquées  par  la célébration  du  cinquantenaire   de   l’indépendance   dans  plusieurs  pays Africains .  Cinquante   ans dans la vie d’une personne marquent  l’âge  de la  pleine maturité  sinon  l’entrée   dans ce qu’on appelle  communément   le deuxième  âge.   Malheureusement  l’Afrique après cinquante années d’indépendance  subit  encore  la pression  et les directives  de  ceux qui ont  bien voulu lui  accorder  cette indépendance . Les multinationales dirigées par l’occident  aujourd’hui  règnent  en maîtres des lieux encore  en Afrique.  Pendant  que   les crises  politiques  font  rage  dans  nombreux  pays, sur ce continent  plusieurs  interrogations  interpellent  notre  réflexion  sur   le contenu  de  cette  collaboration nord –sud.   Au  regard  des  crises  particulièrement   désastreuses  qu’a connues  l’Afrique  dans le courant de l’année  2011  pour ne citer que les  cas  du printemps Arabe  ( LYBIE  ,  TUNISIE , EGYTE ) ou encore  la CÔTE D’IVOIRE ,  LE CONGO (RDC) ,  LA  GUINEE ,le MALI  etc.…  nous sommes tentés de nous demander  comment  les  peuples Africains  vivent   ces changements ?   Comment les pays   Africains  sinon  les dirigeants  Africains gèrent  leur  pays ?   Aussi quels  sont   les  enjeux   d’une collaboration  Nord – sud   qui ressemble   à une sorte de subordination   pendant  qu’on parle  de mondialisation ? 
Les cinquante  ans d’indépendance  de l’Afrique  constituent  selon  notre  propre  analyse  une deuxième  colonisation sous une autre forme  encore  plus  aberrante.  Au départ   de  la colonisation  dans  les années 1800  les  Africains  avec l’espoir d’une  nouvelle   collaboration  avec l’occident  dans  l’ignorance  ont  montré  leur  grande  hospitalité  même  si  à quelques endroits  la pénétration  coloniale n’a pas été facile .  Offrant  tout  ce  qu’ils avaient comme  objets  précieux  à ce visiteur  qui  était  venu  en annonçant  aussi de  bonnes  paroles  avec  référence  à l’église.  Une nouvelle culture  qui a été  bien accueillie  dans de nombreux  pays, et aujourd’hui  les résultats sont  palpables.  Les églises jouent  leur  rôle  de  formation  et de modération dans la culture  des peuples Africains.  Mais au –delà  de  cette culture   l’occident  a réussi  à imposer  sa civilisation  et son système  économique  et politique   partout  où   les colons  sont  passés.  
Cette  présence  de l’occident  a été  somme toute  un mal nécessaire  à  bien  analyser.   Parce  que  l’Afrique serait  de toutes  les façons  arriver  à un  niveau  de développement  conforme à   sa  civilisation .  Pour preuve  les différents  grands  peuples  et  empires  existaient  déjà en Afrique , l’Egypte  avec ses pharaons  existait  déjà avant l’arrivée  de l’occident . La  colonisation n’a fait  que  tronquer  le processus de  développement  de  l’Afrique.   Après   l’octroie   de  l’indépendance   à l’Afrique  tout bouleversement  ou changement  économique  comme  politique  en Occident  a une  répercussion  immédiate  sur l’Afrique .  Mais  combien de  temps  cela va-t-il durer ?  L’Afrique est-elle indépendante  ou non ?   L’on  est   tenté   de  se  demander  s’il n’est pas temps de  réviser  ces accords  nord-sud ? 
Aussi faut-il  remarquer le manque de  prise  de  conscience  de  certains dirigeants  Africains   devant cette nouvelle forme de recolonisation qui n’est plus qu’un rapport de subordination.    Heureusement   qu’une  nouvelle ère   commence  à souffler  à l’horizon  parce que  la jeunesse   et  la nouvelle  génération de  cadres  de la diaspora  et de  l’Afrique commencent  à prendre  conscience   qu’il faut se réveiller   pour prendre  leur responsabilité   face  à  une Afrique  meurtrie   qui cherche  ses repères.   Mais là  encore  l’occident  se positionne comme  véritable  barrière  à  franchir  pour  arriver  à  un  nouveau rapport   entre  les deux  continents .  Cette  situation   qui ressemble  à un combat    de  «  David  et  Goliath »  donne  le résultat  que   nous  avons  chaque   jour   dans  les  pays   africains   avec  les   renversements  des   pouvoirs.  
N’est –il  pas   temps   que  cette  collaboration   avec  l’occident   soit  révisée  pour donner  place   à  un  partenariat  donnant  – donnant ?  Nous   pensons  qu’il  faut dépasser   le concept  du  donner  et  du   recevoir  auquel   nos dirigeants   sont  habitués. L’Afrique   doit  aller encore  à  la  reconquête   de  sa  réelle  indépendance. La  nouvelle  génération de cadres  Africains  doit  prendre  son   destin  en  main  et  utiliser   tous   les moyens  pour  reconquérir  tout  ce  que         «Maman AFRICA»  a perdu .  L’Afrique   terre  de  richesses  incommensurables   avec  un sous-sol  plein  de  merveilles ( or, diamant,  pétrole , gaz )  et  une  agriculture  qui reste  encore  traditionnelle  mais occupe  les premiers&
nbsp; rangs  sur  la plan mondial  avec  le Cacao , le Café,  la banane  pour  ne citer  que ceux-ci  reste  encore   dans   la  pauvreté.  C’est  une situation que   la nouvelle génération a du mal  à comprendre.   Aujourd’hui  quand  l’occident  parle  de pays  émergeants il n’y a pas de référence  en Afrique, pourtant  ils  tiennent  la clé  de  nos  richesses.  Tant  que l’Afrique  aura  des dirigeants   corrompus  assoiffés  de  pouvoir  l’Afrique   ne décolérera  pas.   En   Afrique   ce  ne sont  pas les ressources  économiques   et  humaines  qui manquent,  les intellectuels Africains  sont d’un nombre  impressionnant  et ont  déjà fait  leur  preuve  de compétences  sur  le plan international.  Pourquoi  l’occident  doit  toujours  continuer  de  s’ériger   en maître  partout  en Afrique  sachant  bien  que  ces  pays  africains  sont  indépendants  donc  devraient  avoir  leur  autonomie ?  Les différents   changements  de gouvernements  en  occident  n’ont  jamais   changé  leurs  politiques en Afrique. Nous   pensons   qu’à  la faveur  de  cette  grande  crise   mondiale  qui n’épargne   aucun   pays  en occident  les  élites  Africaines  doivent   faire  preuve  de solidarité  pour  dire  non   à  la  continuation  de cette  subordination qui a tant  duré.  Les Africains   doivent  prendre   leur  responsabilité  en  mains. Il faut   imposer  à l’Occident  un   rapport   de  partenariat  et  non  un rapport  de  maître  à  l’élève.
L’occident  a imposé  à l’Afrique  son  système culturel, économique  et  politique   dans  lequel  les Africains ne se  retrouvent  pas.  Sinon  comment  s’expliquer  que  toutes  les  élections  en Afrique   aboutissent  toujours   sur  des conflits  qui ne finissent  jamais.   Nous  voulons  lancer  un appel   aux  intellectuels  et cadres  Africains  qui se sont  mis  à la disposition de leurs  nouvelles   patries , les  pays  qui les ont accueillis  en occident   de  penser  à mettre  plus  tôt  leur  compétence  au  service  de  l’Afrique , parce que  l’Europe  n’a  plus rien à  envier.  L’Afrique  au contraire   a besoin  de vos compétences   pour  créer  une nouvelle  synergie  de développement. Aussi, cela  serait –il possible  si  elle  retrouvait des dirigeants  dignes du nom  et  conscients  que pendant  qu’ils amassent  les trésors  en collaboration avec l’occident  bradant  les ressources   des  pays  Africains  aux multinationales  à côté  d’eux   il  y a  une  dame  du  quartier  SICOBOIS ( Abidjan) qui  vient  d’accoucher  et qui n’a même  pas  le  kit  de  première  nécessité  pour son bébé.  Et   pendant  qu’ils sont  assis  dans  les  grands buildings  de l’ONU,  du  FMI  ou  de  l’Union  Européenne  une pauvre  religieuse, un pauvre  fonctionnaire  vient de  se faire  assassiner  pour avoir  accompli  sa mission  à cause  de  leur  mauvaise  gestion de la politique interne.  Quand  est-ce que  les dirigeants  Africains comprendront  que  le bonheur  d’un dirigeant   doit  être  de  voir   son peuple  épanoui  et  vivre  sainement ?
Nous  sommes  loin   de  vouloir  faire  une  leçon de  prise  de conscience  dans  notre  intervention   à ceux-là  mêmes  qui  sont  et  ont  été  nos formateurs  dans  la majorité  des cas   et  qui  sont  au pouvoir  oubliant les belles  théories  enseignées  dans  les écoles  et  facultés.  Notre  souhait  serait  de  voir  une Afrique  debout , unie  pour faire  face aux  nouveaux  enjeux  de la mondialisation .  Dieu  bénisse  l’Afrique.
 
Analyse  de RENE KOUAME  (Italie).                                                         
 
 

RELATED ARTICLES

Most Popular

Recent Comments