dimanche, octobre 17, 2021
AccueilNon classéMalawi: les opposants au président Mutharika demandent sa démission

Malawi: les opposants au président Mutharika demandent sa démission

Malawi: les opposants au président Mutharika demandent sa démission
L’opposition au régime du président Bingu wa Mutharika a demandé jeudi qu’il démissionne ou se soumette à un referendum d’ici trois mois, à l’issue d’une conférence à Blantyre organisée malgré une interdiction du pouvoir et la menace de la police d’utiliser la force. “Nous appelons à la démission du président ou qu’il se soumette à un referendum d’ici 90 jours pour obtenir un nouveau mandat du peuple du Malawi”, a indiqué le Comité pour les affaires publiques (PAC), le mouvement d’opposition à l’origine du rassemblement qui a duré deux jours et s’est tenu dans une église, en présence d’évêques catholiques et anglicans, et de figures de l’opposition.
“Nous estimons que la confiance accordée au président par les citoyens est usée”, ajoute le communiqué qui suggère au gouvernement et partis politiques d'”élaborer une feuille de route pour faciliter l’organisation d’un referendum national si Mutharika refuse de démissionner”.
“Dans le cas où ces exigences ne seraient pas remplies, nous appellerons tous les habitants du Malawi à la désobéissance civile”, ajoute le document.
Le PAC dresse aussi un bilan très critique du pays, qui “tournait entre 2004 et 2009, et maintenant au bord de la faillite”. “La situation du Malawi s’est considérablement détériorée politiquement, économiquement et démocratiquement”.
Dans la matinée, la police avait lancé des mises en garde et menacé d’utiliser “toute la force nécessaire” pour faire respecter l’interdiction de manifester contre le gouvernement.
“Nous avertissons que la police du Malawi utilisera toute la force nécessaire pour faire face à de telles manifestations illégales”, a déclaré Davie Chingwalu, le porte-parole de la police.
Selon M. Chingwalu, la police “avait reçu des informations” selon lesquelles le PAC s’apprêtait à “inciter le public à participer à une manifestation”.
Le gouvernement accuse le PAC de chercher à renverser le président Mutharika, dont le deuxième mandat suscite de plus en plus de controverses.
Mercredi, le pouvoir avait déployé la police anti-émeute dans les rues des deux principales villes du pays, Blantyre et Lilongwe.
Le PAC avait finalement bravé l’interdiction en organisant son meeting dans une église, un lieu où la police n’a pas le pouvoir légal d’intervenir.
Les tensions politiques et sociales au Malawi, attisées par la pénurie de produits de première nécessité comme l’essence dans un pays rural déjà très pauvre, ont dégénéré et tourné à l’émeute en juillet 2011. Dix-neuf personnes ont été tuées par la police.

AFP

RELATED ARTICLES

Most Popular

Recent Comments