vendredi, septembre 24, 2021
AccueilNon classéANAHIDE EST MORTE

ANAHIDE EST MORTE

ANAHIDE EST MORTE
Anahide est morte. C’est la nouvelle ce matin. Je rentrais dans une porte, je ressortais par une autre. A qui faudrait-il que je le dise ? Qui me croirait ? Ma vieille amie, elle s’en allait, laissant place à l’autre. Les choses vont et viennent, c’est la vie et l’on doit se faire à tous ces changements. Avons-nous raison ? Avons-nous tort ? C’est la vie !
 
Je lisais cet article et l’autre écrivait un autre discours élogieux sur un autre chef d’état africain faisant allusion à cet autre  nouveau gouvernement de Côte d’Ivoire, qui d’après lui, était composé de gens compétents dont une ancienne prof d’éducation physique nommée ministre de l’enseignement et de  l’éducation nationale et je ne puis m’empêcher de rire de la nuance. Depuis quand la gym nous rendrait-elle assez compétents pour représenter l’enseignement et l’éducation sur le plan national ? Trêve de niaiserie ! 
Ce matin, j’ai vu une photo de Martine Aubry quand elle était jeune, belle et dangereuse. J’ai toujours associé Martine à l’image d’une mémère plutôt dans le genre madame Bush l’épouse à Walker alors cela me fit sourire et je fis don de ma voix à Marine Le Pen car j’adore Ségolène mais je ne peux me permettre un autre échec malgré la mort d’Anahide.
 
Anahide est morte et je ne suis même pas triste. Je suis allée à cette soirée et je me suis retrouvée dans une grande salle vide et le rire n’était même pas sur nous mais plutôt sur ceux qui n’y étaient pas. J’ai regardé, médusée de plaisir, Teza Tobias et Sax Zadi accompagnés de l’orchestre de l’African Sound et de ses superbes danseurs et danseuses tradi-modernes. J’ai rencontré ce jeune homme et il faut retenir son nom : Armand Digbeu. A la tête d’une production appelée Moundo and Jess Mak Org. Ils avaient organisé cette soirée et avaient pour but d’organiser des soirées de Music Live 2 fois par mois au Moulin Basset à Saint Denis. J’ai aimé son esprit car il me rappelait Tyler Perry ce noir Américain qui est aujourd’hui à la tête d’une fortune de plus de 350 millions de dollars. Il témoignait qu’à son premier show la salle était vide alors qu’il venait d’investir toutes ses économies qui s’élevaient à $15 000. Quand Armand Digbeu dit qu’il va continuer et que ce n’est qu’une première, je le crois. On reconnaît un grand esprit quand on le croise. Les artistes ont donné le  meilleur d’eux mêmes et l’art a survécu. L’art survivra toujours, supportez les artistes. En business comme dans tout, la passion mais surtout la persévérance est ce qui te conduira loin et te classera  au dessus de la normale. Soyez différents ça  paie. 
 
Anahide est morte. Elle n’a pas survécu. Elle s’en est allée, éteinte comme un feu qui dans l’eau perd sa flamme et je voulais pleurer mais je ne le puis pas. Le petit me demandait comment elle était morte et je ne puis le lui expliquer. De quoi Anahide serait-elle morte ? Etait-elle fatiguée d’entendre des discours élogieux sans fondement ? Sarkozy lui aurait-il fait le coup fatal ? Ou bien… Les autres. Les Africains…
Je marchais dans la petite rue ce matin sur l’asphalte mouillée. L’hiver tarde à venir. Il devait faire froid, mais il fait frais. La brise matinale me caresse le visage. Je pense à mes rêves. Les choses que je n’ai pas vécues. Toutes les choses qu’Anahide et moi avons faites et je lui enviais d’être partie. Elle aurait ri de tous ces gens-là. Tous ces malheureux qui se prennent pour un bon parti à Paris. La guerre est déclarée contre les femmes dans cette ville. Ici, un homme plus fessu que toi peut te biter et se confondre avec la ville le lendemain sans plus jamais se retourner. Un vieux truand aux allures élégantes trouve joie à tes yeux parce que tu es confuse. Oui, les femmes crient un homme, un homme, un homme et c’est lui. N’importe qui. Qu’il travaille ou pas, qu’il soit puissant ou pas,  truand ou mytho, jeune ou vieux, petit ou grand, un Homme ou quelque chose qui lui ressemble dans tous les cas et te voilà, toi, une femme de valeur, fesses suspendues pour un moins que rien perdant tes valeurs un soir sans consigne. Un homme…pleurent les femmes. Femmes, que vous arrive-t-il ? Êtes-vous perdues ? Avez-vous perdu la tête pour déployer toute votre énergie dans des choses inutiles ? Ressaisissez-vous !
 
Anahide est morte. Elle est morte de cette mort inutile pour que vive l’espoir alors je ne vais pas pleurer. Je vais recentrer mes priorités pour un nouveau départ. Je ne voulais pas l’alarmer alors je le laissai parler, lui laissant sa force physique parce que j’aime ses muscles. Mes yeux brillaient toujours autant de plaisir animal quand je le voyais, toujours comme pour une première fois. Je m’étais faite belle pour ressembler à Anahide avec l’effort du peu d’espoir qui me restait. Il était rassuré et il fumait dans la petite chambre d’hôtel  me caressant la tête en me parlant. J’avais mes secrets. Je me fis docile pour ne pas l’effacer et le laissai m’écraser. Je voulus lui dire de ne pas perdre son temps qu’Anahide depuis fort longtemps était morte, que j’étais là par envie mais j’avais envie de l’entendre m’anéantir avec les quatre vérités d’une bouche  armée pour un soir. Je pensais au triangle absolu composé de mes EX dont un mari, un amant et un père de gosse tous trois devenus amis pour mon déplaisir. La nuit me porte bonheur. Je souriais dans mon cœur car après tout, Anahide est morte et elle n’entendra rien de cette conversation ridicule. Oui, c’était fini. Oui, je pouvais tourner la page. Oui, c’était ma faute. Moi et tous mes défauts. Je suis une femme donc je paie le prix pour toutes les nullardes. Mais et les autres ? Qu’ont-ils fait ? De quoi les accuse-t-on ? Crimes contre l’humanité ? Allez-vous juger Sarkozy ? Ai-je bien entendu ? Et qui le juge l’autre? Combien de temps cela va-t-il durer ? Combien de temps allons-nous continuer de marcher ? Et nous marchons pour quoi ? Où marchons-nous ? Dans leurs rues ? Pour qu’ils nous voient ? Pour qu’ils sachent que nous souffrons ? Que le mal a gagné nos cœurs ? Que Dieu nous a abandonnés ? Kojo rouge, jaune ou noir, Anahide est morte et il faut se ressaisir car Dieu a déserté nos villages. Il s’est fait chair et surtout, il a donné libre cour au malin mais…
 
Je ne voyais pas l’homme mais son souffle me rassurait et nous fîmes l’amour dans le noir. Pour la dernière fois parce qu’Anahide est morte et moi  je ne reviendrai plus.   
 
 
Brigitte Sands
     ALIAS
Diva Mo-Sanby
RELATED ARTICLES

Most Popular

Recent Comments