mercredi, août 4, 2021
AccueilNon classéLa Croix-Rouge internationale a pu entrer dans Syrte

La Croix-Rouge internationale a pu entrer dans Syrte

La Croix-Rouge internationale a pu entrer dans Syrte
Le Comité de la Croix-Rouge internationale(CICR) est la première organisation a avoir pu entrer ce 1er octobre 2011 dans Syrte,  ville des loyalistes libyens, encerclée par les forces du Conseil national de transition, depuis plusieurs jours. Pour les humanitaires, la situation des assiégés est « désespérée », notamment en raison des dégâts subis par l’hôpital de Ibn Sima, qui ne peut plus dispenser de soins aux blessés.

Le CICR a été obligé d’abréger sa visite dans Syrte en raison d’une attaque, en dépit d’un accord entre les parties. La délégation n’a pu rester que 5 heures pour faire une évaluation de la situation. C’est la première fois qu’une organisation humanitaire a pu pénétrer dans la ville des pro-Kadhafistes, assiégée depuis plusieurs jours par les forces du Conseil national de transition (CNT) libyen. Les associations et les agences de l’ONU sont clouées à leurs postes en raison de l’insécurité mais elles accueillent le flot des blessés et des réfugiés qui viennent de Syrte dans les communes des alentours.

 
Souad Messoudi, porte-parole du CICR à Tripoli

Selon un représentant du CICR, la situation des assiégés est « désespérée », faute d’eau potable, de nourriture mais aussi de soins médicaux de base. L’hôpital Ibn Sima a été frappé par des roquettes et les bombardements aériens de l’Otan et ne dispose plus d’eau, ni d’électricité, et encore moins d’oxygène pour les opérations.

En outre, les blessés et les malades ne peuvent rejoindre l’hôpital en raison des combats. Le CICR a cependant pu livrer 400 litres de carburant pour le générateur de l’hôpital et distribuer des kits de soins pour les blessés et des linceuls en plastique. L’organisation espère revenir dans quelques jours.
Le CNT a donné aux habitants de Syrte jusqu’à ce 2 octobre 2011 pour évacuer la ville avant de lancer une offensive.
Par ailleurs, le porte-parole du régime libyen déchu, Moussa Ibrahim, dont les ex-rebelles avaient annoncé la capture, a démenti l’information dans un appel téléphonique à la chaîne de télévision Arraï, basée en Syrie, précisant que son groupe avait été attaqué durement, près du front de Syrte.

DIASPORAS-NEWS —AFP

RELATED ARTICLES

Most Popular

Recent Comments