samedi, août 13, 2022
AccueilCultureHOMMAGE : Justin Stanislas : La mort ne fera pas disparaître le Phénix !

HOMMAGE : Justin Stanislas : La mort ne fera pas disparaître le Phénix !

Il n’a jamais cherché à interpréter un rôle ni à se construire un personnage. Il a toujours été à lui-même sa propre énigme. Dans un crépuscule dont on ne sait s’il est du soir ou du matin, de cette silhouette toujours tirée à quatre épingles, se dégageait, autrement solennelle, sa musique et son heureux génie. Justin Stanislas s’est éteint le vendredi 30 juin 2022 à l’hôpital Henri Mondor en France.

La Côte d’Ivoire perd ainsi l’une des voix les plus établies de l’environnement musical national. Justin Stanislas a consumé, rêvé sa vie pour en extraire quelques sons essentiels. Chanteur de rythme pour qui le verbe exprime la pensée autant par la sonorité que par la valeur de sa langue. L’un des premiers à avoir su utiliser les mots de la langue bété à  des fins de magie.

Gnian Yohou, Gnian Nato, Gazekagnon, Hommage à Ernesto Djédjé, Yoro, Nanon, Drebabline, Nada… Des titres qui se sont succédé sans jamais se confondre durant toutes ses quarante années de carrière.

Originaire du Centre-Ouest de la Côte d’Ivoire, Justin Stanislas (à l’état-civil Rabet Bidi Justin), s’est installé dans l’Hexagone dans le début des années 1970 après un passage à l’Ecole Militaire Préparatoire technique de Bingerville (EMPT) en Côte d’Ivoire pour une carrière militaire à l’image de son père.

L’appel musical étant plus fort, il a finalement opté pour la musique. Pendant plus d’un demi-siècle donc, sa musique, ses mélodies ont bercé des milliers de mélomanes africains sur des thèmes tels que la compassion, la pauvreté ou la mort. Et la langue, et la mélodie, et le rythme inégalé de sa musique pour témoigner de son gigantesque effort.

Le 14 Décembre 2021 à l’Espace Noisy, un Jubilé d’Or  a été célébré en hommage à l’immense carrière de l’artiste. Un hommage fort rendu par une belle brochette d’artistes présente dans la salle. Ce grand moment de verve populaire restera l’une de ses dernières apparitions publiques.

Justin Stanislas laisse derrière lui plusieurs enfants et sa femme, Yvonne Rabet, plus connue sous le pseudonyme de La Marraine de Clignancourt dont le combat et la constance dans l’hommage à son mari vivant forcent l’admiration.

Mais un artiste ne meurt jamais dit-on. Et Justin Stanislas l’aurait bien confirmé ponctuant ses dires par son sourire légendaire.  Salut l’artiste !

Zacharie ACAFOU, paru dans le Diasporas-News n°137 Juillet-Août 2022

RELATED ARTICLES

Most Popular

Recent Comments