samedi, mai 28, 2022
AccueilPolitiqueEditorial: Tshisekedi, le tube à la mode

Editorial: Tshisekedi, le tube à la mode

Il est certainement le président africain qui a la cote en ce moment. Mais comment pourrait-il en être autrement. Dans une forme de main d’acier dans un gant de velours, le président de la RDC est en train de redonner confiance à la fois aux Congolais et aux partenaires de ce pays.

On était curieux de voir comment il se sortirait de certaines des alliances qui l’ont conduit au pouvoir en 2019, notamment celle avec l’ancien président Kabila. Partenaire encombrant, l’ancien président est devenu quasiment invisible grâce à la vista de Tshisekedi. Du coup le pays redevient “fréquentable”.

Si le président des USA Joseph Biden, a rencontré le président Felix Tshisekedi de la République démocratique du Congo (RDC), président de l’Union africaine (UA) en marge du G20 le samedi 30 octobre, ce n’est pas rien. Les deux dirigeants ont pris le temps de discuter de l’engagement commun des États-Unis et de l’UA à faire progresser la sécurité sanitaire mondiale et à mettre fin à la pandémie de COVID-19 partout.

Ils ont également évoqué le récent accord facilité par les États-Unis entre Moderna et l’UA pour mettre à disposition de l’UA jusqu’à 110 millions de doses de vaccin sur une base accélérée. Cela s’ajoute aux 63 millions de doses de vaccin que les États-Unis ont déjà expédiées à l’UA, avec plus de doses données par les États-Unis livrées chaque semaine. Ça, c’était pour la partie officielle.

Sur le plan bilatéral, Biden et Tshisekedi ont aussi mis sur table l’impératif de protéger la forêt tropicale du bassin du Congo, qui est la deuxième plus grande forêt tropicale au monde, pour atteindre l’objectif mondial d’atteindre zéro émission nette de carbone d’ici 2050.

Et puis, boum ! Le président Biden a salué les efforts du président Tshisekedi pour promouvoir la transparence, lutter contre la corruption et respecter les droits humains dans la manière dont la RDC gère ses vastes ressources naturelles. Et là, on avait un adoubement de l’Oncle Sam pour celui que le peuple congolais surnomme Fatshi

Les efforts du président Tshisekedi en tant que président de l’UA pour promouvoir la paix et la sécurité en Afrique, y compris la nécessité de résoudre la crise qui s’étend en Éthiopie et de rétablir le gouvernement de transition dirigé par des civils au Soudan, sont unanimement salués. Très avare en déclarations chocs et tapageuses, le président de la RDC est efficace dans la discrétion.

Ce qui n’a pas manqué de faire de lui, selon un récent sondage d’un média panafricain, le président africain le plus populaire. Ce sondage d’opinion, mené sur plusieurs mois à travers une enquête dans quelques pays africains sur la question suivante :

« Approuvez-vous ou désapprouvez-vous la performance gouvernementale de votre président ? »

Les résultats de cette enquête ont été récemment rendus publics. Que disent-ils ? Le moins que l’on puisse dire est que ces résultats surprennent les non-sachants et confortent les sachants. D’une manière générale, les Africains ne sont pas satisfaits de leurs leaders. Et puis, on y apprend que Félix Tshisekedi est en tête du classement et bénéficie d’un taux de satisfaction de son action de plus de 50%.

Le magazine de la Renaissance Africaine, auteur de l’enquête, explique ces résultats par le contexte favorable de l’année 2021 en République Démocratique du Congo et à l’Union Africaine, qui se caractérise par le retour de la croissance économique (+5% en moyenne) et par une amélioration relative des relations bilatérales par rapport aux années précédentes. Pour résumer, Tshisekedi est un président moins isolé, qui prend les bonnes décisions, est moins secret et, chose la plus importante, plus “humain”.

Fervent croyant, la photo où on le voit implorer Dieu à genoux il y a quelques semaines, a achevé de convaincre qu’il est la bonne personne à la bonne place. Pour combien de temps ? En tout cas, l’état de grâce continue pour Fatshi et la RDC revient dans le concert des nations. N’est-ce pas le plus important ?

Malick Daho, paru dans le Diasporas-News n°130 Novembre 2021

RELATED ARTICLES

Most Popular

Recent Comments