vendredi, octobre 22, 2021
AccueilNon classéSoudan: le chef du HCR veut un accord pour le retour des...

Soudan: le chef du HCR veut un accord pour le retour des réfugiés au Sud

Soudan: le chef du HCR veut un accord pour le retour des réfugiés au Sud
Le Haut commissaire aux réfugiés de l’ONU (HCR), Antonio Guterres, a exhorté mercredi Khartoum et Juba à parvenir à un accord sur le rapatriement des Soudanais du Sud, dont des centaines de milliers sont encore au Nord. Selon l’ONU, environ 700.000 sudistes sont toujours au Soudan. Khartoum leur a donné jusqu’à avril pour régulariser leur situation ou partir. Mais les Nations unies estiment ce délai difficile à respecter.
“La première chose que nous allons essayer de faire, c’est d’obtenir un accord entre le gouvernement du Soudan et le gouvernement du Soudan du Sud sur un plan pour déplacer ces gens”, a déclaré M. Guterres, selon une vidéo diffusée par l’ONU.
Il s’exprimait dans un camp appelé Mandela où des Sudistes sont installés sous des tentes en attendant de rentrer chez eux.
Le chef du HCR a précisé que les “plus vulnérables” seraient rapatriés par avion ou par route. “Mais cela demandera une organisation scrupuleuse, des corridors de sécurité, ainsi qu’un accueil et une intégration côté sudiste”.
M. Guterres est arrivé à Khartoum après avoir quitté Juba, où il a dit croire que la majorité des 700.000 déplacés désiraient s’installer au Soudan du Sud.
“C’est un projet énorme qui nécessite une coopération étroite et constructive entre les deux gouvernements”, a-t-il déclaré à Juba.
L’un des principaux défis pour le Soudan du Sud est de gérer le retour de centaines de milliers de Sud-Soudanais partis au Nord pendant la longue guerre civile soudanaise. Depuis octobre 2010, quelque 350.000 d’entre eux sont rentrés.
L’Organisation internationale pour les migrations devait assurer le rapatriement, par bateaux et par trains, de quelque 32.000 personnes avant fin 2011.
La plupart des réfugiés au Nord survivent depuis des mois dans des camps insalubres et surpeuplés, comme Mandela. Et ceux qui ont pu rejoindre le Soudan du Sud finissent également souvent dans des camps, dans l’attente d’une solution durable de logement.
RELATED ARTICLES

Most Popular

Recent Comments