lundi, novembre 29, 2021
AccueilNon classéSénégal: surmonter le "syndrome de la CAN"

Sénégal: surmonter le "syndrome de la CAN"

Sénégal: surmonter le
Et si cette fois était la bonne ? Bardé d’ambition et d’éléments offensifs de qualité, le Sénégal aborde la Coupe d’Afrique des nations 2012 parmi les favoris, et compte déflorer son palmarès en remportant pour la première fois le tournoi continental. De l’ambition ? Pour la Fédération sénégalaise, “l’objectif est d’être dans le dernier carré. Avec le potentiel humain actuel, c’est envisageable”. Et le sélectionneur Amara Traoré d’abonder: “Je m’interdis de rester à la tête de la sélection sans remporter une CAN. Pourquoi pas 2012. Nous ne pouvons pas être favoris devant le Ghana, la Côte d’Ivoire. Mais, on ne peut pas ne pas avoir de l’ambition”.
Il faut dire que la campagne de qualifications a été sans bavure, avec cinq victoires en six matches, la deuxième meilleure attaque (16 buts, contre 19 à la Côte d’Ivoire), une défense sérieuse (deux buts encaissés seulement, lors d’un succès 4-2) et une première place dans un groupe comptant le Cameroun. “Nous avons terminé les éliminatoires invaincus, a souligné Amara Traoré. Il faut rester invaincu aussi pendant la CAN”.
Ces Lions de la Téranga, absents du dernier tournoi continental en Angola, font forcément penser à la génération 2002, finaliste de la CAN et qui avait atteint les quarts de finale du Mondial-2002, et qui avait Traoré dans ses rangs.
Placés dans un groupe largement abordable (avec la Guinée équatoriale, la Libye et la Zambie), ils comptent sur une attaque étoilée qui a fait ses preuves dans plusieurs coins d’Europe.
Il y a le capitaine Mamadou Niang, qui joue au Qatar après avoir notamment brillé à Marseille; Moussa Sow, meilleur buteur en 2010-2011 avec Lille (25 buts); Papiss Cissé (Fribourg), un des meilleurs buteurs du Championnat d’Allemagne; et la révélation Demba Ba, qui enchaîne les buts en Angleterre avec Newcastle et marque des points pour une place de titulaire en sélection.
Derrière, c’est costaud, avec une charnière centrale athlétique composée de Souleymane Diawara (Marseille) et Kader Mangane (Rennes). Au milieu, on distingue Rémi Gomis (Valenciennes) et Guirane Ndaw (Birmingham City).
Mais l’empilement des noms ne masque pas quelques limites dans le jeu, avec un milieu qui manque souvent de créativité au sein d’une équipe parfois coupée en deux et qui laisse des espaces à l’adversaire.
Le sélectionneur, en place depuis 2009 et qui a prolongé son contrat de trois ans fin décembre après quelques “malentendus” avec la Fédération sénégalaise, est parvenu à façonner un “esprit de groupe”. Mais il se méfie d’une certaine friabilité psychologique, liée à la pression de tout un peuple et à ce “syndrome de la CAN” qui pétrifie les Lions.
“Il faut d’abord penser à se faire plaisir en jouant bien au football, avance Traoré. Ensuite, il faut avoir une maîtrise technique et une intensité au niveau mental. Il faut faire plus que ce que nous avons fait dans les éliminatoires. Il est temps qu’on se fasse redouter. Il est temps qu’on atteigne une dimension mentale qui nous avait manqué en 2002, 2004, 2006 et 2008”.
Premiers éléments de réponse le 21 janvier contre la Zambie, à Bata.

AFP

RELATED ARTICLES

Most Popular

Recent Comments