lundi, novembre 29, 2021
AccueilNon classéSahel: existence d'une "connexion" Al-Qaïda au Maghreb et Boko Haram

Sahel: existence d'une "connexion" Al-Qaïda au Maghreb et Boko Haram

Sahel: existence d'une
Des “liens existent entre les groupes terroristes” actifs au Sahel, dont Al-Qaïda au Maghreb, et le groupe islamiste Boko Haram actif au Nigeria, ont estimé mardi à Nouakchott des ministres de quatre pays sahéliens incluant le Mali, qui a parlé de “connexion avérée”. Les ministres des Affaires étrangères de la Mauritanie, du Mali, du Niger et de l’Algérie – dits “pays du champ” – ont conclu à ces “liens” à l’issue d’une réunion avec des délégués du Nigeria, Etat anglophone invité pour préparer la réponse sécuritaire face aux activités d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) et Boko Haram.
Durant leurs travaux, “les ministres ont suivi un exposé présenté par la République fédérale du Nigeria et ont noté les liens qui existent entre les groupes terroristes de la région sahélo-saharienne et le groupe Boko Haram”, indique leur communiqué conjoint distribué à la presse à la fin de la réunion.
Aucun détail n’a été fourni sur ces “liens”. Mardi après-midi, le ministre malien des Affaires étrangères Soumeylou Boubèye Maïga avait déjà affirmé: “Il y a une connexion avérée entre Aqmi et Boko Haram”, sans non plus fournir de détail sur cette “connexion” que d’autres sources avaient auparavant indiqué soupçonner.
La Mauritanie, l’Algérie, le Niger et le Mali sont confrontés à une insécurité croissante liée aux activités d’Aqmi (attaques, braquages, enlèvements, divers trafics) et d’autres groupes criminels, ainsi qu’à l’afflux d’armes, dont de l’armement lourd, issues du conflit libyen. Au total, 12 Européens, dont six Français, sont retenus dans le Sahel par Aqmi et un groupe présenté comme dissident, le Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest.
Depuis décembre, le Nigeria a enregistré plusieurs séries d’attentats sanglants contre des chrétiens et des églises chrétiennes. Depuis début janvier, plus de 250 personnes ont été tuées dans ces attaques, dont 185 la semaine dernière à Kano (nord du Nigeria), selon Human Rights Watch (HRW).
“Le fait marquant des derniers développements réside dans la situation qui prévaut au Nigeria du fait de la montée en puissance des activités terroristes de la secte Boko Haram, dont des connexions avec Aqmi ne relèvent pas que de la simple hypothèse d’école”, avait affirmé plus tôt mardi le ministre nigérien des Affaires étrangères, Mohamed Bazoum, sans autres précisions.
Les “pays du champ” ont accepté le Nigeria “en qualité d’observateur, en attendant son adhésion définitive” à leur regroupement, selon le communiqué final.
“Les ministres ont recommandé d’intensifier leurs efforts en vue de détruire les filières logistiques et infrastructurelles des terroristes et de les déloger de leurs sanctuaires”, selon la même source.
Ils ont également “exprimé leur préoccupation face au phénomène du paiement des rançons aux groupes terroristes preneurs d’otages, (ce) qui constitue une source majeure de financement du terrorisme, un encouragement aux activités des bandes armées devenues des sous-traitants dans les prises d’otages”.
Ils ont aussi convenu d’organiser une conférence “sur le partenariat, la sécurité et le développement (Alger 2)”, après une première rencontre à Alger. Le Mali sera l’hôte de cette réunion “durant le 1er trimestre 2012”.
“Nous avons eu des discussions fructueuses et sérieuses sur tous les aspects de la sécurité au Sahel”, s’est réjoui le ministre mauritanien des Affaires étrangères, Hamadi Ould Hamadi, à la clôture de la réunion.

AFP

RELATED ARTICLES

Most Popular

Recent Comments