lundi, novembre 29, 2021
AccueilNon classéL'Afrique du Sud est-elle vraiment une puissance émergente?

L'Afrique du Sud est-elle vraiment une puissance émergente?

L'Afrique du Sud est-elle vraiment une puissance émergente?
 L’Afrique du Sud accueille pour la première fois mardi et mercredi le sommet annuel des grandes puissances émergentes –Brésil, Russie, Inde, Chine– qu’elle a rejointes en 2011 au sein des BRICS mais les mauvaises langues disent qu’elle y a obtenu sa place pour des raisons politiques.
Si l’on s’en tient à la taille de son économie (2,5% du PIB total des BRICS) ou de sa population (52 millions d’habitants), l’Afrique du Sud est un nain face aux autres pays de cette alliance qui lui coûte par ailleurs un alignement diplomatique à l’opposé des idéaux de la lutte anti-apartheid.
Pour ménager la Chine, le dalai-lama a été refusé deux fois sur le sol sud-africain depuis 2009. Et sur le dossier syrien, la solidarité avec la Russie, soutien de Bachar al-Assad, place l’Afrique du Sud en position de commentateur impuissant de la tragédie, choisissant l’abstention à l’ONU et réitérant tout au plus des appels au “dialogue”, à la “retenue” et à la “fin des violences”.
Talonné par l’autre géant africain, le Nigeria, l’Afrique du Sud se classe au 29e rang économique mondial, après l’Autriche, l’Iran ou l’Argentine, ce qui n’en fait pas exactement un monstre du commerce planétaire.
Par comparaison, la Chine est la deuxième économie mondiale, le Brésil 7e, et la Russie 9e, devant l’Inde 10e.
Les grands du business sud-africain, la Standard Bank (banque) ou MTN (téléphone mobile), font pâle figure à côté des géants Gazprom (Russie), Vale (Brésil), Sinopec (Chine) ou Reliance Industries (Inde) et sur même les marchés africains, la Chine taille des croupières aux Sud-Africains.
L’Afrique du Sud a aussi connu une révolution industrielle dès la fin du XIXe siècle qui en font davantage une économie mature avec des problèmes de désindustrialisation et de croissance faible (2,5% en 2012) qu’une économie émergente croissant à contre-courant du cycle économique mondial.
“Tout dépend. On pourrait dire qu’à cause de notre histoire politique, on vit une émergence économique”, analyse pour l’AFP Neren Rau, directeur de la chambre de commerce et d’industrie sud-africaine (SACCI).
“En un pays, nous avons deux économies: une partie très sophistiquée et tout à fait comparable aux économies développées, et une autre partie, très importante, qui, en raison de notre histoire, est bien moins développée”, dit-il.
 

RELATED ARTICLES

Most Popular

Recent Comments