mardi, août 3, 2021
AccueilNon classéLa FIDEPS AU SECOURS DE LA SANTÉ DES IVOIRIENS !

La FIDEPS AU SECOURS DE LA SANTÉ DES IVOIRIENS !

La FIDEPS AU SECOURS DE LA SANTÉ DES IVOIRIENS !
DIASPORAS-NEWS : Comment décrivez-vous la situation sanitaire actuelle en Côte d’Ivoire ? 
Michèle Zeneb Ouattara : Alarmante ! La situation de crise post électorale a laissé des séquelles à Abidjan et alentours. A cela s’ajoute les conséquences des déchets toxiques : recrudescence des cancers, des maladies respiratoires et des maladies de peau. Les files d’attente dans les centres de soins en ville sont très longues. Dans les campagnes, les centres de soins sont rares, éloignés et sous équipés avec un personnel qui se réduit à l’infirmier et parfois une sage femme. Le ministère de la santé met l’accent sur la communication, sur des maladies spécifiques à l’occasion de Journées, les campagnes sont plus médiatiques que de vraies campagnes sur le terrain. Je pense que l’impact est quasi nul.  
 
D-N : Présentez les objectifs de la commission santé de votre fédération ? 
M.Z.O : L’objectif essentiel est la prévention par l’éducation et la prise en charge par les populations elles-mêmes. On part d’une consultation médicale gratuite dans une localité où nous avons une base, avec une équipe de médecins assortie d’une séance de sensibilisation par notre commission prévention – Hygiène animée par des assistants et éducateurs sociaux. La consultation comprend le déparasitage systématique jusqu’à 15 ans, le dépistage diabète et hypertension. Cette opération s’appelle Toile d’Araignée. Notre ambition est de réaliser 15 passages en 5 ans dans les localités pour sensibiliser les gens à leur santé, les amener à s’organiser et à fréquenter les centres de santé publics.  
 
D-N : Un bilan de vos actions déjà réalisées ? 
M.Z.O : Nous avons ouvert deux centres de santé à Anyama PK 18 et Effaci 2, le 3ème est en cours d’aménagement. Nous avons réalisé des consultations médicales gratuites à Abbe, à Attiekoua, à Attecoubé, à Anyama, à Abobo Doumé et  au Plateau Dokoui. Nous avons organisé une journée de sensibilisation santé pour une grande fédération de femmes du Nord et une journée de renforcement des capacités Médecins sur les maladies non transmissibles  et sur la nutrition.  
D-N: Travaillez-vous avec les acteurs de la santé des pays développés ? 
M.Z.O: En août 2011, nous avons reçu gratuitement des matériels et consommables médicaux de Hôpitaux sans Frontières de la Belgique que nous avons distribué gratuitement à diverses structures hospitalières dont l’institut de cardiologie de Treichville. Nous sommes en contact avec Médecins sans Vacances, Médecins Santé (réseau social) mais l’efficacité est quasi nulle pour le moment. Médecins du Monde (France) était présent à Williamsville durant la crise post électorale mais ils ont refusé de collaborer avec les médecins de notre fédération, alors que je suis donateur à Médecins du Monde Belgique. On ne leur demandait aucune contribution financière. 
 
D-N: Quels sont vos besoins actuels ? 
M.Z.O: Des aides financières pour terminer les travaux de construction du centre de santé de Mossikro et pour améliorer le service dans les centres d’Anyma et Effaci 2. On peut nous contacter sur notre site internet (www.fideps.fr.gd). 
 
D-N: L’année 2013 est déclarée l’année de la santé en Côte d’ivoire. Quels sont vos projets ? 
M.Z.O: Nous avons 4 grands projets :
1/ L’ouverture et l’inauguration du centre de santé de Mossikro avec une conférence de presse à l’occasion pour présenter nos projets et actions, exposer les problèmes rencontrés sur le terrain, et solliciter l’adhésion de nouveaux membres. Nous organiserons une grande consultation gratuite dans le quartier avec une séance de dépistage diabète et hypertension  et sensibilisation à l’hygiène.
2/ La réalisation d’une 3ème tournée médicale à Dahiri  entre septembre et octobre.
3/ La tournée de consultations médicales dans le Nord, sans cesse reportée depuis deux ans par manque de moyens pour l’achat des médicaments entre autres et surtout, l’absence totale de solidarité des cadres de la région.
4/ Nous donnerons la parole aux jeunes médecins et aussi infirmiers et assistants sociaux, en butte aux mêmes problèmes d’emploi pour qu’ils exposent leurs problèmes. Nous espérons ouvrir dans le Nord et l’Ouest du pays des centres polyvalents pour la prise en charge des maladies non transmissibles.  
 
Marcelle KPAN
Doctorante en Droit médical
www.kpanmarcelle.e-monsite.com 

Paru dans le Diasporas-News Magazine N°39 de Mars 2013 

 

RELATED ARTICLES

Most Popular

Recent Comments