dimanche, juin 20, 2021
AccueilNon classéCôte d'Ivoire: Ouattara joue la stabilité et s'investit pour la sécurité

Côte d'Ivoire: Ouattara joue la stabilité et s'investit pour la sécurité

Côte d'Ivoire: Ouattara joue la stabilité et s'investit pour la sécurité
Un an après une meurtrière crise postélectorale, le président ivoirien Alassane Ouattara a joué la carte de la stabilité avec un gouvernement reconduit, mais s’est mis en première ligne sur l’épineux dossier de la sécurité en s’octroyant la Défense. “Du réchauffé!”, titrait mercredi en “Une” le quotidien indépendant Soir-Info, “Beaucoup de bruits pour rien! La montagne accouche d’une souris” pour L’intelligent d’Abidjan: le nouveau cabinet formé mardi a surpris tout le monde, et en a déçu beaucoup.
Oubliés les “techniciens” régulièrement promis et les femmes notablement sous-représentées: excepté le chef de l’ex-rébellion Guillaume Soro – jusque-là Premier ministre et ministre de la Défense, et élu lundi président de l’Assemblée nationale -, tous les ministres ont été reconduits.
Mais une promesse de taille a été tenue: celle faite lors de la présidentielle de 2010 au Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI) de l’ancien président Henri Konan Bédié de nommer l’un des siens à la “Primature”, en l’occurrence Jeannot Ahoussou Kouadio, qui reste par ailleurs ministre de la Justice.
“J’ai décidé de reconduire tous les membres de l’équipe gouvernementale sortante, au regard de l’important travail accompli”, a expliqué M. Ouattara mercredi lors du conseil des ministres, exhortant l’équipe Ahoussou à oeuvrer au “décollage” économique d’un pays en forte récession depuis la crise postélectorale (décembre 2010-avril 2011) qui a fait quelque 3.000 morts.
Devant ce gouvernement, “on est très dubitatif, déçu et surpris”, confie toutefois à l’AFP une source diplomatique occidentale.
Côté ivoirien, l’idée est, selon cette source, de “ne pas bouleverser l’équipe en place” avant la conclusion entre Abidjan et les institutions internationales d’un très important allègement de la dette ivoirienne, désormais attendu au second semestre 2012. “Mais les bailleurs de fonds avaient demandé le départ de certains ministres!”, insiste cette source.
–“Cruciale” réforme du secteur de la sécurité–
Plusieurs membres du gouvernement soupçonnés d'”affairisme” étaient dans le collimateur mais aucun n’a été débarqué. Cependant, le chef de l’Etat a averti mercredi qu’il “n’hésiterait pas à mettre fin aux fonctions des ministres” indélicats.
Finalement, la grosse surprise tient à ce que M. Ouattara s’est attribué le portefeuille de la Défense, un geste exceptionnel qui souligne combien la situation reste préoccupante.
“La réforme du secteur de sécurité reste cruciale pour l’avenir du pays”, confirme Rinaldo Depagne, spécialiste de la Côte d’Ivoire à International Crisis Group (ICG), interrogé par l’AFP.
“On est toujours dans un schéma où l’armée n’a pas vraiment d’ordre et de structuration”, affirme-t-il.
Des milliers d’ex-combattants rebelles ayant aidé M. Ouattara à s’imposer après le refus de l’ex-président Laurent Gbagbo de céder le pouvoir fin 2010 ont été intégrés de facto dans l’armée, les nouvelles Forces républicaines (FRCI), dont le format reste entièrement à définir et où voisinent les ennemis d’hier.
Surtout, des milliers de jeunes “volontaires” ou “associés” ayant aussi combattu pour M. Ouattara restent dans la nature, promis à une force de “réserve” encore bien vague.
Or, il y a urgence: les incidents, parfois meurtriers, entre FRCI et habitants rythment encore la chronique ivoirienne.
“On veut que ça aille plus vite”, concède-t-on dans l’entourage du président.
“La seule manière de combler le vide Soro était que Ouattara se saisisse directement du dossier”, analyse un proche des cercles du pouvoir. “Ouattara a pris des risques”.

AFP

RELATED ARTICLES

Most Popular

Recent Comments