jeudi, juin 24, 2021
AccueilNon classéNiger/CPI: Niamey "respectera" ses engagements pour les pro-Kadhafi

Niger/CPI: Niamey "respectera" ses engagements pour les pro-Kadhafi

Niger/CPI: Niamey
Le Niger "respectera ses engagements" vis-à-vis des tribunaux internationaux concernant des pro-Kadhafi recherchés et présents sur son sol, a affirmé vendredi à l’AFP, le ministre nigérien de la Justice et porte-parole du gouvernement, Marou Amadou. L’ex-dirigeant libyen Mouammar Kadhafi, son fils Seif Al-Islam et son beau-frère Abdallah Al-Senoussi, visés par un mandat d’arrêt international émis par la Cour pénale internationale (CPI) fait l’objet d’un avis de recherche international après la diffusion vendredi d’une "notice rouge" par Interpol.
"Au cas où les Libyens présents au Niger sont recherchés, on va respecter les procédures si des requêtes régulières sont introduites" par les tribunaux internationaux, a indiqué Marou Amadou.
"Nous ne parlons pas de Kadhafi mais de ceux qui sont déjà au Niger", a-t-il précisé, assurant que "nous ne sommes pas au courant" du lieu où se trouve à l’heure actuelle l’ex-dirigeant libyen.
Niamey a confirmé avoir accueilli une dizaine de personnalités proches de Kadhafi dont Mansour Daw, chef des brigades sécuritaires, pour "des raisons humanitaires".
La CPI avait annoncé jeudi que son procureur Luis Moreno-Ocampo avait demandé à Interpol de l’aider à arrêter Mouammar Kadhafi "pour des crimes contre l’humanité présumés, à savoir meurtre et persécution".
La CPI avait émis le 27 juin des mandats d’arrêt contre Mouammar Kadhafi, 69 ans, son fils Seif Al-Islam, 39 ans, et son beau-frère et "bras droit", le chef des services du renseignement libyens, Abdallah Al-Senoussi, 62 ans.
Les trois hommes sont soupçonnés de crimes contre l’humanité commis en Libye depuis le 15 février, date à laquelle avait éclaté la rébellion qui s’était ensuite transformée en conflit armé.
Les "notices rouges" d’Interpol visent à l’arrestation provisoire de personnes recherchées en vue de leur extradition ou de leur reddition à un tribunal international sur la base d’un mandat d’arrêt ou d’une décision de justice, rappelle le bureau du procureur de la CPI dans son communiqué.
Traqué de toutes parts, Mouammar Kadhafi a démenti jeudi dans un message sonore s’être enfui au Niger. Le passage lundi d’un important convoi de véhicules civils et militaires venant de Libye à Agadez, dans le nord du Niger, avait alimenté les spéculations sur sa fuite, avant une série de démentis.
Par ailleurs, M. Amadou a déploré le "saccage" mercredi de l’ambassade du Niger à Tripoli par "une vingtaine d’individus armés à bord de trois véhicules", sans faire de blessés mais qui a fait des dégâts matériels.
Ces incidents seraient liés à l’arrivée au Niger de plusieurs personnalités proches de Kadhafi, selon certains analystes à Niamey.

Diasporas-News –AFP

RELATED ARTICLES

Most Popular

Recent Comments