mardi, octobre 26, 2021
AccueilNon classéPrésidentielle au Cap-Vert: vers un second tour entre Fonseca et Sousa

Présidentielle au Cap-Vert: vers un second tour entre Fonseca et Sousa

Présidentielle au Cap-Vert: vers un second tour entre Fonseca et Sousa
Ces chiffres communiqués par la Commission nationale des élections (CNE) portent sur 1.120 des 1.200 bureaux de vote répartis dans le pays et à l’étranger, soit 93,33% du total.
Il reste à dépouiller 80 bureaux de vote situés dans des îles éloignées de l’archipel et des lieux de vote en Afrique. Ces données complémentaires ne devraient pas inverser la tendance du vote des plus de 305.000 électeurs qui étaient convoqués aux urnes.
D’après les résultats communiqués, Jorge Carlos Fonseca, 60 ans, candidat du Mouvement pour la démocratie (MPD, libéral), principal parti de l’opposition, a obtenu 37% des suffrages.
Il devance Manuel Inocencio Sousa, 60 ans, candidat du Parti africain de l’indépendance du Cap-Vert (PAICV, socialiste, au pouvoir), crédité de 33,9% des suffrages.
Un hiérarque du PAICV, Aristides Lima, bientôt 56 ans, qui contestait le choix du parti et s’est porté candidat indépendant, a obtenu 25,6% des voix. Le quatrième prétendant, Joaquim Monteiro, 71 ans, un enseignant, ex-combattant de la guerre d’indépendance, s’est classé dernier avec 2,1%.
Selon les dispositions légales au Cap-Vert, la majorité absolue (50% des voix plus une voix) est requise pour être vainqueur au premier tour d’un scrutin présidentiel. Dimanche, la CNE avait affirmé être prête à toute éventualité, dont celle d’un second tour le 21 août.
Dans la nuit de dimanche à lundi, le camp de M. Fonseca s’est déclaré confiant en une victoire au second tour, en se gardant de communiquer un score.
"Je veux exprimer notre satisfaction à l’issue des résultats qui nous sommes parvenus. (…) Nous avons raison d’espérer en la confiance que la population a manifestée en faveur de notre candidat" et qu’elle "va se confirmer le 21 août par une victoire de Jorge Carlos Fonseca", a déclaré à la presse, Manuel Faustino, responsable du MPD.
Le PAICV n’a pas fait de déclaration sur le score attribué à M. Sousa.
Sollicité par l’AFP, le camp d’Aristides Lima n’a pas souhaité s’exprimer dans l’immédiat, en affirmant être dans l’attente de réponses à "un certain nombre d’erreurs sur les résultats donnés par la CNE".
"Quand tout cela sera corrigé, nous nous prononcerons sur notre situation", a dit un membre de l’entourage de M. Lima.
Joaquim Monteiro, 71 ans, a immédiatement reconnu sa défaite et indiqué qu’il ne donnera pas de consigne de vote pour le second tour.
"Ce qui est important, c’est que ma participation à cette élection a ouvert les yeux à beaucoup de Capverdiens à propos d’un autre mode de campagne politique qui n’est pas basé sur l’achat de conscience. Je vais me préparer pour 2016. D’ici là, j’aurai mûri en politique", a dit M. Monteiro.
Selon des analystes, Aristides Lima, dont la candidature a divisé le PAICV, devrait être le "faiseur" de roi au second tour s’il acceptait les résultats du vote.
Aucune estimation n’était disponible sur le taux de participation au premier tour, marqué par une faible affluence aux urnes, selon des témoins et le Premier ministre José Maria Neves, homme fort de l’exécutif dans ce pays au régime parlementaire.
Le chef de l’Etat sortant, responsable du PAICV, a toujours refusé de s’exprimer publiquement en faveur d’un des candidats.
"Je n’ai pas de parti pris, je suis comme un arbitre", avait dit dimanche Pedro Pires, qui doit quitter le pouvoir après les deux quinquennats successifs que lui autorise la Constitution. 

Diasporas-News AFP

RELATED ARTICLES

Most Popular

Recent Comments