lundi, février 6, 2023
AccueilCultureEDITO                       ...

EDITO                                      

Exception ou bêtise africaine ?

L’Afrique a ceci de particulier : notre continent est champion pour se ridiculiser à la face du monde. Jugez-en vous-mêmes ! Le Maroc ne participera pas à la prochaine édition du Championnat d’Afrique des nations (CHAN) de football. Elle a lieu ce 13 janvier à Alger. Une décision prise début janvier à la suite de nombreux problèmes diplomatiques entre l’Algérie et le Maroc. L’Algérie, pays hôte, refuse d’ouvrir son espace aérien ; le Maroc, détenteur du titre, ne pourra donc pas défendre sa couronne pour des questions qui n’ont rien à voir avec le terrain.

Et c’est là que ça en devient ridicule. Après une brillante 4ème place obtenue à la Coupe du Monde au Qatar, où à chaque belle prestation les joueurs dédiaient leurs performances au monde arabe et aux musulmans, avant de se rendre compte qu’ils sont aussi Africains, les Lions de l’Atlas ne pourront pas rugir sur un territoire arabo-musulman. Deux pays voisins, avec en commun des rites et une langue, qui ne peuvent pas s’accorder pour mettre fin à un conflit, ou, à tout le moins, décréter une trêve.

·        CHAN : Championnat d’Afrique des Nations 

Carte de l’Afrique

L’exception africaine, c’est celle-là ! On est d’accord avec tout le monde sauf son voisin ou son condisciple. Certes le Sahara occidental est un enjeu capital sous-jacent, mais tout de même ! N’est-ce pas que Houphouët-Boigny, ancien président de la Côte d’Ivoire avait raison ? Il déclara, dans les années 80, que les Arabes ne sont d’accord que sur leurs désaccords. En l’occurrence, les deux pays campent sur leurs positions, et les joueurs s’en trouvent lésés.

Mais au-delà de l’exception, n’assistons-nous pas à une vraie bêtise à l’Africaine ? Ce conflit qui dure depuis quelques mois n’a pas avancé d’un iota vers sa résolution. Les intérêts égoïstes, l’orgueil des leaders, la passivité des organisations régionales et sous-régionales ont laissé la chose s’enliser. Au point même que le président turc Recep TayyipErdogan ait proposé de jouer les bons offices. En vain pour le moment.

L’Afrique, qu’elle soit du nord, sud, est ouest ou du centre, n’en est plus à une contradiction près. Les dirigeants sont, soit de mauvaise foi, soit lobotomisés au point de ne pas comprendre une vérité que le dernier quidam comprendrait : ce continent serait le plus puissant au monde si tout le monde était en bons termes. Hélas, on continue de faire le jeu de ceux qui divisent les Africains pour mieux régner sur eux. Hélas !

Malick Daho

RELATED ARTICLES

Most Popular

Recent Comments