vendredi, décembre 9, 2022
AccueilSportsFootball : Encadrement, Gestion de carrière, formation…

Football : Encadrement, Gestion de carrière, formation…

Marie-Laurence Tapé, mère de jeune footballeur, partage son expérience.

Ses ambitions avec Footballistic Consulting

CEO Footballistic Consulting, une structure basée à Londres en Angleterre, Marie-Laurence Tapé a séjourné à Abidjan dans le cadre des activités de sa structure qui va lancer très prochainement, un projet en faveur des jeunes footballeurs en Côte d’Ivoire, en compagnie de Jean-Jacques Bahi, agent sportif, également installé au pays du Roi Charles III. Dans cet entretien, Mme  Marie-Laurence Tapé parle des activités de Footbalistic et dévoile son projet.

Marie-Laurence Tapé, une femme dans le domaine du football, ce n’est pas courant. Comment vous est venue l’idée de vous lancer avec Footballistic  consulting ?

De par mon expérience en tant que mère de jeune footballeur professionnel, j’ai décidé de partager mon expérience avec toutes les personnes qui se retrouveraient dans ce domaine et qui le souhaiteraient. Ce qui explique la création de Footballistic consulting, il y a 5 ans. Nous sommes un point de contact pour les jeunes footballeurs professionnels et même ceux qui ont déjà plusieurs années d’expérience. Nous partageons notre expertise sur le plan juridique concernant par exemple la signature de contrat. Il est important de comprendre les clauses du contrat avant de signer. Souvent, les contrats ne sont pas bien compris par le joueur et cela peut se terminer de façon lamentable avec le club. Parfois le joueur qui est la source de la transaction financière revenue se retrouve perdant par rapport à tous ceux qui gravitent autour de lui. Nous aidons donc les jeunes footballeurs professionnels et leurs parents que nous associons à la signature du contrat pour qu’ils comprennent mieux les clauses intermédiaires, de sorte à en tirer profit. Nous avons aussi la possibilité d’orienter des footballeurs professionnels qui voudraient faire des investissements. Le football professionnel brasse beaucoup d’argent mais il faut pouvoir fructifier, investir cette manne financière. Pour cela, il faut être bien conseillé parce que parfois certains footballeurs sont confrontés à des problèmes avec le fisc, les impôts etc., soit en Europe ou en Afrique etc. Nous les aidons à trouver de bons comptables pour leurs affaires. Il y a ceux qui recherchent des agents, nous avons une liste que nous leur proposons pour les aider. Nous les assistons.

Au-delà, que faites-vous d’autres ?

Nous faisons aussi la promotion des jeunes talents mais aussi ceux qui sortent des académies de football et qui sont laissés pour compte. Ils se font duper par les intermédiaires entre les clubs ou les agents et les parents. Alors qu’ils n’ont ni mandat des agents encore moins des parents pour agir en leurs noms. Nous avons de nombreux cas face auxquels nous avons dû intervenir pour aider ces jeunes à repartir du bon pied. Notre domaine d’intervention est vaste…

Intertitre : « Nous disons aux jeunes qui veulent devenir des footballeurs professionnels d’être persévérants »

Vous envisagez lancer un projet en Côte d’Ivoire. De quoi s’agit-il ?

Effectivement, nous étions à Abidjan dans le cadre de nos activités dans le domaine du sport. Mon partenaire qui est agent de footballeur a estimé qu’ayant de l’expérience dans le domaine du football, nous voulons mettre en place une DH, c’est-à-dire une Académie Sport et Education, pour aider ces jeunes enfants qui veulent mettre leur talent en exergue et qui aspirent à une carrière de footballeur professionnel. J’étais donc en Côte d’Ivoire pour voir le président fondateur et voir sur le terrain comment nous pouvons donner de l’espoir à ces enfants. Nous voulons mettre quelque chose en place pour pouvoir faire la différence entre ce qui existe en la matière et nous.

Comment entendez-vous faire la différence ?

Nous faisons une sélection très serrée sur le plan régional. Ensuite, ceux qui seront recrutés pour constituer l’équipe seront pris en charge par notre académie. Nous avons appris par exemple que beaucoup de jeunes dans les académies locales sont contraints de payer leurs moyens de déplacement et beaucoup d’autres choses, sans qu’ils n’aient un soutien de ces structures. On demande plus qu’il ne faut à leurs parents qui sont démunis. Ce sont des choses de nature à ne pas permettre à l’enfant d’être concentré sur le travail de formation. Le football est physique, émotionnel et mental. Pour donner le meilleur, il faut être mentalement équilibré. Nous essayons d’apporter cet équilibre à l’enfant que nous recrutons en prenant en charge ses repas et son transport à l’académie pour la formation. La deuxième étape consistera à la mise en œuvre du projet académie qui comprendra le terrain de football où ils s’entraîneront, le dortoir, le centre d’éducation et tout ce qu’il faut pour permettre aux pensionnaires d’évoluer dans les conditions idoines pour une bonne formation. C’est de cette manière que nous entendons faire la différence.

Quand envisagez-vous lancer le projet ?

Nous nous donnons une saison. La première saison sera celle de la préparation. C’est pendant cette période que nous allons constituer le groupe de jeunes qui vont composer l’équipe. Nous sommes en train de négocier des matchs amicaux avec quelques clubs en Europe pour des tests. Ces clubs nous ont donné l’assurance de collaborer avec notre structure, par rapport aux jeunes que nous allons former. L’Académie sera installée dans le Grand Abidjan dans la zone de Bonoua.

Quels conseils avez-vous à l’endroit des jeunes footballeurs qui rêvent d’une carrière de footballeur professionnel ?

L’Afrique regorge de beaucoup de talent dans le domaine du football. Je me dis que le football ivoirien est un vivier qu’il faut exploiter intelligemment. Nous disons aux jeunes qui veulent devenir des footballeurs professionnels d’être persévérants parce que rien n’est facile. Je suis certaine qu’ils le savent parce qu’il faut y mettre les moyens financier, physique, matériel, tout son savoir-faire pour arriver au bout. L’espoir est là mais il faut de la détermination dans la réalisation du projet.

 Marie-Laure Tapé et sa structure font la promotion des jeunes talents qui sortent des académies de football et aussi ceux qui sont laissés pour compte

Réalisée par JC PAGNI

RELATED ARTICLES

Most Popular

Recent Comments