mardi, juin 22, 2021
AccueilCultureGastronomie: Interview Prisca Gilbert « Ma cuisine est très instinctive »

Gastronomie: Interview Prisca Gilbert « Ma cuisine est très instinctive »

Réussir à mettre la Côte d’Ivoire dans une assiette. C’est l’énorme pari que s’est donnée Prisca Gilbert, depuis quelques années. L’étoile montante de la gastronomie ivoirienne, qu’on retrouve à la tête des cuisines de l’Eléphant d’Or (prestigieux restaurant du Casino Barrière à Abidjan), est connue et reconnue pour ses talents culinaires. Amoureuse des fourneaux, passée par le prestigieux institut Paul Bocuse du célèbre Chef français 3 étoiles Michelin (décédé en 2018), elle séduit avec ses cartes portées vers l’international tout en conservant les saveurs 100% ivoiriennes. Pour Diasporas-News, la perfectionniste Prisca Gilbert (39 ans) partage sa passion gastronomique.

Diasporas-News : Le philosophe Friedrich Hegel a affirmé que « Rien de grand ne s’est accompli dans ce monde sans passion ».Y croyez-vous ?

Prisca Gilbert : Absolument, la passion m’a mené à la cuisine ! J’ai une formation d’ingénieur marketing et communication à la base. Et cette même passion m’a guidé pour l’ouverture de mon premier restaurant ensuite ma formation à l’institut Paul Bocuse, la suite on la connaît. Cependant, la passion seule ne suffit pas, il faut aussi beaucoup de rigueur et de travail.

D-N : Est-ce cette passion qui vous a orienté vers la cuisine malgré votre formation en Communication & Marketing ?

P.G: Oui, cette passion nourrie depuis plusieurs années déjà a motivé ce changement de carrière.

D-N : Vous êtes reconnue depuis quelques années comme le visage de la gastronomie ivoirienne et croulez sous le poids de diverses sollicitations. Existe-t-il un mode d’emploi pour devenir une cheffe cuisinière ?

P.G: Un mode d’emploi, non. Mon parcours est assez atypique ! Je suis partie d’un parcours classique d’Ingénieur pour ensuite aborder la profession de chef cuisinier. Je me suis bien sûr formée au métier et j’ai énormément travaillé pour me perfectionner et atteindre mes objectifs.

D-N : Préparer à manger pour des célébrités et personnalités parmi lesquelles le président français Emmanuel Macron, lors de son dernier passage à Abidjan, n’était-il pas une consécration pour vous ?

P.G: Mon plus grand plaisir est d’apporter du bonheur par ma cuisine, j’aime à le dire mes plus belles étoiles sont celles que je vois dans les yeux d’un client satisfait quel que soit le client.

D-N : Qu’est-ce qui fait la spécificité de vos plats ? Pourquoi sont-ils autant appréciés ?

P.G: Mes plats sont inspirés de la cuisine du terroir, de mes voyages, de mes goûts personnels. Aussi, j’essaye d’y apporter de la créativité, de la fraîcheur mais aussi de l’originalité pour que mes plats soient une véritable expérience gustative.

Prisca Gilbert – Mes plats sont inspirés de la cuisine du terroir, de mes voyages, de mes goûts personnels – Crédit photo Philippe Loret.png

D-N : Y a-t-il un plat que vous prenez plaisir à préparer et qui est réclamé par tous ?

P.G: Je prends plaisir à cuisiner toutes sortes de plats tant qu’ils apportent le bonheur et le plaisir du partage. Ma cuisine est très instinctive, en fonction du moment je peux avoir envie de cuisiner un plat simple ou un plat élaboré en y mettant bien sûr le cœur !

D-N : Le visuel semble prépondérant dans vos plats. La beauté d’un repas suffit-elle à satisfaire la clientèle ?

P.G: Pour moi il est important qu’une assiette soit belle et équilibrée mais pour satisfaire la clientèle il faut beaucoup plus : le goût, le partage et vivre une expérience culinaire est beaucoup plus jouissive.

D-N : Formatrice et créatrice de contenus culinaires, songez-vous à transmettre votre savoir et votre riche expérience à travers une école ?

P.G: La transmission est primordiale, au travers de la cuisine on transmet la passion du métier mais aussi une culture, une histoire. La formation et les contenus audiovisuels sont un moyen de transmission comme la littérature ou une école. Une école de formation des métiers de bouche est un projet que je nourris depuis bien longtemps.

D-N : Cuisine africaine, européenne ou venue d’ailleurs… Que conseillerez-vous à une personne hésitante ? Et pourquoi ?

P.G: Chaque cuisine est représentative d’un pays, d’une contrée. Quand on aborde la cuisine on se nourrit des us et coutumes d’un peuple, de son histoire ! La cuisine ce n’est pas juste le goût c’est l’histoire qu’elle raconte. Je conseillerais à une personne hésitante de s’ouvrir à la découverte et surtout de prendre le temps de savourer chaque cuisine et de comprendre son histoire.

D-N : Les fêtes de fin d’année 2020, c’est très bientôt ! Que réservez-vous à vos clients ?

P.G: Pour la 1ère fois depuis trois ans j’ai décidé de les passer en famille et de profiter aussi de ces fêtes de fin d’année. J’ai décidé de prendre quelques mois sabbatiques, prendre du temps pour moi et aussi me consacrer à des projets beaucoup plus personnels.

Entretien réalisé par Thomas De Messe Zinsou, Paru dans le Diasporas-News n°120 Décembre 2020

RELATED ARTICLES

Most Popular

Recent Comments