dimanche, juillet 14, 2024
AccueilSociétéDécouverte : Lanfiara : football d’accord, école d’abord !

Découverte : Lanfiara : football d’accord, école d’abord !

À l’heure où plusieurs jeunes africains partent à l’aventure dans l’espoir de devenir professionnels dans le football, avec des fortunes diverses, le centre de formation Lanfiara (qui signifie sérénité en bamabara) détonne. Basé dans un quartier populaire d’Abidjan, Attécoubé, il forme les jeunes joueurs, certes au métier de footballeur, mais surtout, il forme des hommes pour la vie future.

« Je ne veux plus voir nos jeunes frères, nos enfants mourir dans la Méditerranée sous prétexte qu’ils vont jouer en Europe. Je refuse cela. C’est la raison pour laquelle nous avons monté ce projet », plaide Abdoulaye Diabaté, son promoteur. D’ailleurs, le slogan de la structure en dit long sur ses objectifs : « Football, d’accord, école d’abord ! » Conscient que, même avec du talent, sans une base intellectuelle minimale, un jeune footballeur peut être confronté à des difficultés insurmontables. C’est la raison pour laquelle Lanfiara a tissé un pont solide entre le foot et les études. Toutes ses activités tournent autour de ces deux mamelles, et c’est tant mieux.

Agent de joueur reconnu par la FIFA depuis 2013, Abdoulaye Diabaté en a marre que des jeunes de l’Afrique soient la proie des promesses fallacieuses de personnes véreuses. Raison pour laquelle il a créé Lanfiara. Mais ce n’est pas un agent comme les autres. Lui se veut plus un éducateur, un éveilleur de conscience afin que plusieurs jeunes ne se bercent pas d’illusions. D’autant plus que ces jeunes sont issus de familles en difficulté. En vérité, plusieurs ne connaissent pas l’envers du décor. Avec un ratio de 1/1000 qui arrivent à faire leur trou dans le milieu professionnel, il reste de nombreux jeunes sur le carreau. « Que fait-on de ces jeunes, s’interroge Diabaté. C’est donc pour eux que nous nous battons afin de leur donner les vraies informations et aussi une base solide pour leur vie. Sinon on a affaire à des petits délinquants, communément appelés « microbes ». Je pense que l’oisiveté est pour beaucoup dans ce qu’ils sont devenus ».

En homme de conviction, le manager-général de Lanfiara est sûr d’être sur la bonne voie : « Le binôme Football-École peut être un rempart efficace contre l’immigration clandestine. C’est pourquoi, durant nos activités, nous essayons d’associer des structures animées par des professionnels de l’immigration, de représentants d’institutions tels que les ministères des Sports, de l’Éducation nationale, de l’Unicef, de l’Unesco. Nous avons le soutien incommensurable de la Fondation Magic System et de son leader A’Salfo », renchérit Abdoulaye Diabaté. Le prix Sport-Etudes est donc la résultante de ce travail constant pour faire comprendre l’importance des études aux apprentis-footballeurs. D’ailleurs, Lanfiara apprend à ses jeunes l’existence d’autres débouchés : journalisme, entraineur, manager etc. D’où l’importance primordiale des études. N’empêche que de nombreux pensionnaires du centre de formation ont déjà trouvé des clubs en Europe.

Affilié à la Fédération ivoirienne de football, Lanfiara a aussi monté une équipe de football qui participe au championnat. Le but étant de d’offrir une vitrine aux jeunes qui aspirent à partir à l’étranger, mais aussi à ceux qui n’en auront pas eu l’opportunité, de continuer d’évoluer dans un cadre serein avec des perspectives de reconversion sûres. Présent à la CAN 2019 en Egypte et de passage récemment à Paris, le manager-général du projet se bat tous azimuts pour rendre viable son action et la pérenniser.

Malick Daho pour Diasporas-News

RELATED ARTICLES

Most Popular

Recent Comments