mardi, juin 22, 2021
AccueilMondeAfriqueLe président du Sénat ivoirien en visite en France : Rencontres et...

Le président du Sénat ivoirien en visite en France : Rencontres et contacts fructueux

Le 7 novembre dernier, SEM. Jeannot AHOUSSOU-KOUADIO, le premier président du Sénat ivoirien était en visite à Paris. Une première rencontre avec son homologue Gérard Larcher qui a permis de jeter les bases d’une collaboration efficace.

L’humilité précède la gloire, dit-on. Entré en fonction au mois de mai dernier, le premier président du premier Sénat de Côte d’Ivoire, SEM. Jeannot AHOUSSOU-KOUADIO était en visite officielle le 7 novembre dernier au Palais du Luxembourg, siège du Sénat français. Une rencontre avec le président Gérard LARCHER qui leur a permis de créer les prémisses d’une coopération efficace dans le futur. Le président du Sénat ivoirien est venu consulter et obtenir un accompagnement de la part de l’institution française, elle qui a été jetée sur ses fonds baptismaux en en 1799. Une initiative qui a été fort appréciée par le président Gérard LARCHER qui s’est réjoui de ce que « la première visite du président du Sénat ivoirien se déroule en France. Nous avons été heureux de le recevoir, non pas en donneur de leçon, mais en partenaire que nous souhaitons accompagner dans la mission que les Ivoiriens lui ont confiée. Cette institution est nouvelle en Côte d’Ivoire et il est primordial que ses débuts soient perçus comme un instrument fort au service de la démocratie mais aussi du développement de ce pays frère et ami. Nous avons signé un protocole pour accompagner le processus de bicamérisme en Côte d’Ivoire. Nous qui avons une expérience dans le dialogue entre l’Assemblée nationale et le Sénat, il était de notre devoir d’accompagner ce jeune Sénat ivoirien ».

Il est vrai qu’à un moment où les Ivoiriens s’interrogent sur la nécessité de cette structure dans le pays, la visite prenait alors tout son sens. D’ailleurs, l’humilité du président Jeannot AHOUSSOU-KOUADIO a été fort saluée et appréciée par ses hôtes français. Deuxième personnage de l’état français, le président Gérard LARCHER a son mot à dire dans la gestion de son pays. Les projets de loi sont votés en première lecture à l’Assemblée nationale et en seconde au Sénat. Et à maintes reprises, dans son histoire, le Palais du Luxembourg a eu à retoquer des projets venant de l’Elysée ou du Palais Bourbon, siège du parlement français. Le protocole signé inclura donc la formation des sénateurs ivoiriens, des rencontres périodiques, afin de les accompagner au mieux dans leurs fonctions. « Certes, le Sénat agit sur les actions de la République, mais il est aussi un élément important dans le développement des territoires. Ce que nous souhaitons pour la Côte d’Ivoire », a renchérit  M. le  président Gérard LARCHER.

La construction du bicamérisme renforcera la démocratie en Côte d’Ivoire et se veut un creuset pour accentuer la paix et la réconciliation entre Ivoiriens.  Après un hommage mérité à Félix Houphouët-Boigny, premier président de la Côte d’Ivoire, le Français a rappelé la part importante de l’Ivoirien dans l’écriture de la Constitution de la Ve République et le rôle de premier plan qu’il a joué dans la politique française. « Raison pour laquelle nous ne pouvions rester insensibles à ce qui se passe en Côte d’Ivoire. L’aide au développement souffrait d’une bureaucratie lourde. Nous allons aussi aider nos homologues ivoiriens à accélérer le processus afin que tout le pays en bénéficie », a poursuivi l’hôte français. Il a terminé en invitant le président du Sénat ivoirien à une réunion des présidents de sénats européens au mois de juin 2019 à Paris.

Pour sa part, le président Jeannot AHOUSSOU-KOUADIO, a remercié chaleureusement le président Gérard LARCHER pour son accueil. « Cet accompagnement de la France, nous le devons au président Houphouët-Boigny, qui a été un des 4 Ministres d’Etat de France. Pourquoi la France ? Parce que c’est, à ce titre, un partenaire privilégié, du point de vue du l’histoire, mais aussi des relations fortes et anciennes qui nous lient. L’expérience et le savoir du Sénat français nous seront donc bénéfiques à plus d’un titre. Je repars donc très heureux de cette visite et de ce protocole de coopération qui a été signé. Le développement local nous importe beaucoup afin que l’aide au développement serve, entres autres, à empêcher nos enfants de tenter de venir à l’aventure en France, et malheureusement, mourir dans la méditerranée ».

En marge de sa visite, Jeannot AHOUSSOU-KOUADIO a visité les arcanes du Palais du Luxembourg, un lieu chargé d’histoire. Il repart en Côte d’Ivoire avec la ferme conviction de faire de l’institution qu’il préside, un instrument fort et utile au service de la démocratie ivoirienne, mais aussi une puissance au service du développement local.

Malick DAHO, paru dans le Diasporas-News n°101 de Novembre 2018

RELATED ARTICLES

Most Popular

Recent Comments