vendredi, octobre 22, 2021
AccueilNon classéAfrique du Sud: Malema, ex-chef de file des jeunes de l'ANC, mercredi...

Afrique du Sud: Malema, ex-chef de file des jeunes de l'ANC, mercredi devant la justice

Afrique du Sud: Malema, ex-chef de file des jeunes de l'ANC, mercredi devant la justice

L’ex-chef de file des jeunes de l’ANC, Julius Malema, comparaîtra mercredi devant le tribunal régional de Polokwane (nord), capitale de la province du Limpopo dont il est originaire, a annoncé son avocate Nicqui Galaktiou mardi.

“En accord avec le parquet, M. Malema comparaîtra devant le tribunal régional de Polokwane mercredi”, a-t-elle déclaré, en précisant ne pas savoir à quelle heure comparaîtrait son client.

“Nous n’avons pas reçu de copie des chefs d’accusation et n’avons pas vu le mandat d’arrêt” émis vendredi contre l’ex-chef de file des jeunes de l’ANC, exclu du parti au pouvoir en avril pour indiscipline, a-t-elle ajouté.

Selon la presse dominicale qui parle de “mafia du Limpopo”, Malema, 31 ans, est accusé de blanchiment d’argent, corruption et fraude, aux côtés de cinq autres personnes physiques et de quatre entreprises.

Dès mardi, quatre hommes d’affaires de Polokwane devaient être entendus pour ces mêmes chefs d’accusation, a indiqué McIntosh Polela, porte-parole des Hawks, l’unité spéciale de la police.

“Il y a des dizaines de millions de rands d’argent public en jeu”, soit plusieurs millions d’euros, a-t-il dit à l’agence Sapa, refusant tout commentaire sur Malema lui-même.

La police s’intéresse depuis plusieurs mois aux revenus du jeune tribun, qui mène grand train même s’il dit défendre les plus pauvres.

Il est aussi en délicatesse avec le fisc qui lui réclame d’importants arriérés et le menace de saisie.

Son argent viendrait de l’obscur fonds familial Ratanang et d’On-Point Engineering, une compagnie dans laquelle il a des intérêts qui a gagné des appels d’offres suspects dans la province, dirigée par ses amis politiques, selon des informations publiées dans la presse.

Malema, selon des articles récurrents, est également soupçonné d’avoir monnayé son soutien pour l’attribution de contrats des autorités provinciales.

Selon l’hebdomadaire Sunday Times, l’affaire porte sur des pots-de-vin se montant à 100 millions de rands (9,3 millions d’euros).

“Juju” a toujours clamé son innocence, et crie au complot. La Ligue de jeunesse de l’ANC, dont il était le président, a dénoncé dans un communiqué mardi “l’utilisation des moyens de l’Etat pour régler des conflits politiques”.

La police a renforcé son dispositif à Polokwane. “Nous nous sommes déjà déployés, nous avons fermé certaines rues autour du tribunal”, a précisé le brigadier Hangwani Mulaudzi à l’AFP. “Nous nous attendons à ce que beaucoup, beaucoup de gens viennent”, a-t-il relevé.

Le policier a aussi dit à la radio publique SAfm que des veillées de soutien à Malema annoncées dans la nuit de mardi à mercredi seraient interdites, sous peine d’arrestation.

“Nous n’organisons pas de manifestation, mais des camarades vont venir de tout le pays pour apporter leur soutien à Julius Malema”, a de son côté indiqué à l’AFP Thabo Kupa, membre du conseil national de la Ligue de jeunesse.

La comparution en justice de Julius Malema survient au moment où le pouvoir a repris la main dans la sanglante crise minière qui secoue le pays depuis août, en envoyant notamment la police rétablir l’ordre dans la “ceinture de platine” de Rustenburg (nord).

Malema avait entrepris une tournée des mines, jurant de les rendre “ingouvernables” et appelant les travailleurs à la révolution. Un petit syndicat de cols blancs, Solidarity, a porté plainte contre lui pour incitation à la violence.  

AFP 

RELATED ARTICLES

Most Popular

Recent Comments