lundi, juin 21, 2021
AccueilNon classéCRISE ECONOMIQUE MONDIALE, EST-CE UNE OPPORTUNITE POUR L’AFRIQUE ?

CRISE ECONOMIQUE MONDIALE, EST-CE UNE OPPORTUNITE POUR L’AFRIQUE ?

CRISE ECONOMIQUE MONDIALE, EST-CE UNE OPPORTUNITE POUR L’AFRIQUE ?
           Parler  de crise  économique  en Afrique n’est pas un phénomène nouveau  parce  qu’elle  fait  partie  du  quotidien  de l’Africain. Quand bien même l’Afrique regorge  dans  son sous- sol  des richesses  immensément  variées, elle a toujours  subi  les crises  de  tous  genres dans le cours  de  son histoire.
La  crise  en effet  étymologiquement  parlant  tire  son sens  sur  le plan  médical  de  l’idée de douleur et d’opportunité.  De même  sur  le  plan  psychologique  elle  est vue comme  une opportunité à un système de pouvoir changer, d’évoluer  et  selon  le psychologue  Lugdivine BOUT  comme  une opportunité  d’apprentissage.
  La crise  économique  mondiale  de 1929  a été   un évènement  majeur  dans  l’histoire  du  capitalisme. Elle a permis  aussi   à certains  pays  industrialisés  de repositionner  leur économie  et d’accroitre  leurs  sociétés.  Le  continent  Africain   ayant  subi  toutes  les atrocités  et  crises  ces deux  derniers  siècles  a t-il pu  en  tirer  profit ?  Comment  l’Afrique  se prépare t – elle   aux  conséquences  de   La  nouvelle crise qui  a  débuté  depuis   2007 ?   A t-elle  les moyens  d’y  faire  face ?   Se  référant  à  la définition  du terme  crise, avec les  potentialités économiques  et ressources  naturelles  que dispose ce continent , nous  sommes tentés  de nous  demander  si  cette   dernière  crise  n’est pas  une opportunité  pour  l’Afrique  de  prendre  un  envol  pour  son développement ?
 
       En effet  pour un rappel  de l’histoire  de la crise  mondiale, la plus récente fut  celle  de  1929.  Elle déclenchera le 24  octobre 1929  aux états –unis.  Ce jour là  fut appelé « Jeudi  noir  ou black Thursday ». C’est  le  crash   boursier  de Wall  Street  qui plongera  l’économie  américaine  et  bientôt  l’économie  mondiale  dans  la tourmente. Le 24  octobre 16 millions  de titres  seront  bradés  sur  le  marché sans  trouver  toute fois  preneur. Des centaines de milliers d’actionnaires se trouvèrent  ruinés.  En moins de trois  ans  la plupart  des banques  Américaines  fermèrent  leurs portes.
Pour s’en sortir le seul moyen   des banques  fut  de ne plus  concéder  de prêts  à l’étranger  mais de  réclamer  ceux  déjà  effectués. L’Amérique  cesse donc  de faire circuler  autour  de la planète  le dollars  et la conséquence  immédiate  fut l’expansion de la crise à l’ensemble des pays  industrialisés.
 Aujourd’hui  la crise  économique  que le monde vit  a débuté avec la crise financière  de  2007 marquée  par une  crise de liquidé et  parfois de  manque de solvabilité  tant  au niveau des banques  que des états. On assiste donc à la raréfaction  des crédits  aux  entreprises. Malgré  cela  dans  certains pays comme  la chine  les prêts bancaires  ont   fortement  progressé.   En 2008  la  plupart  des  pays industrialisés  rentrent  en récession.  La  crise mondiale se confirme  parce que  tous les pays  y compris  les USA rentrent  en récession  sauf  l’Australie.  La particularité  de cette crise  est  qu’elle est marquée par  une  forte  hausse du  prix  du pétrole  et  des produits  agricoles.  Elle  s’accompagne aussi  des  risques d’instabilités  politiques. Ainsi  on assiste  en décembre 2008   une   période  de  troubles  qui s’est poursuivie jusqu’ en février  2009  dans  plusieurs pays Européens dont  la Grèce, l’Espagne, le Portugal, l’Italie  et  aux Etats-Unis d’Amérique.  En janvier  2009 c’est  le tour de  l’Islande  qui sera obligé  d’organiser  de nouvelles élections  deux ans avant  le terme normal. A la suite ça sera la Lituanie et la Lettonie. Les pays  Asiatiques ont été également le théâtre de plusieurs protestations.
Le journal « Business  WEEK »  dans  son édition de  mars  2009 note  que l’instabilité  politique  globale  s’accroit  suite à la crise  et crée  de nouveaux  challenges qui doivent  être gérés.  En effet  les conséquences   de la crise  ont  effectivement  affecté  les  pays   Africains  avec la multiplication des  troubles sociaux  et  des coups de forces  militaires  dans plusieurs  pays.
 Néanmoins  avec la mondialisation l’Afrique a encore de grandes  chances de  sortir  honorablement de  cette  crise   pour se repositionner  sur le marché  international  créant  de nouveaux rapports  commerciaux.  Il faut  signaler que pendant que la crise sévit  dans  le monde  entier  la chine  par contre  ayant  connu  une croissance de 7,7 %   a  eu  un effet  positif  sur  nombre de pays Africains.  Les  pays  Africains  producteurs  de matières  premières  ont  vu  leur  croissance soutenue considérablement   par  la Chine. Ainsi  la Chine  semble  renforcer  son  influence  en Afrique  créant  de nouvelles  perspectives  à  plusieurs  pays  pour  faire  face  à la crise.  C’est  d’ailleurs  une des grandes opportunités  que l’Afrique  puisse avoir  pour émerger  pendant que l’Europe  et les Etats – Unis  d’Amérique   cherchent  les solutions  pour faire  face  à cette  crise.  L’Union  Européenne  ayant  constaté  l’avancée  notoire  de la Chine  essaie  de tous  les moyens  pour  consolider  d’autres  rapports  financiers  avec ce  pays. La  chine qui reste  intransigeant  sur sa position&
nbsp; de  protectionniste  de  son  statut  de pays  émergeant  semble plus tôt  sensible  aux  offres  des  pays  du tiers  monde.  
L’Afrique  semble  attirer  quelques investisseurs  Européens  et  Américains  conscients  des ressources  économiques  que regorge  son sous-sol.  Finalement  elle devient  un terrain de  lutte,  et  une  destination  d’espoir  pour  les  grandes puissances  industrielles. Ce  chapitre  nous rappelle  le film  «  AFRIQUE  PARADIS » du  réalisateur  Béninois  Syvestre AMOUSSOU, dont  nous livrons  un bref résumé :
                                                   
       « Une Afrique unie, prospère et hospitalière, terre d’accueil pour des immigrants européens en quête de fortune et d’une vie meilleure. C’est le regard ambitieux que jette le réalisateur  sur le continent africain, à travers  Afrique – Paradis.
Racisme, xénophobie, intolérance… Il dénonce, avec humour et second degré, la dure réalité des immigrés africains en Occident, qu’ils soient clandestins ou en situation régulière. Mais dans Afrique Paradis les rôles sont inversés : c’est une Afrique prospère qui devient terre d’accueil pour une grande vague d’immigrés européens fuyant la misère dans leurs pays.
Dans un futur imaginaire, l’Afrique est entrée dans une ère de grande prospérité, tandis que l’Europe a sombré dans la misère et le sous-développement. Olivier, informaticien français sans travail, est prêt à tout pour en trouver. Il vit avec Pauline, institutrice elle aussi au chômage. Vu leur situation déplorable en France ils décident de tenter leur chance en Afrique où ils immigrent clandestinement. L’eldorado africain à peine atteint, ils sont arrêtés par la police des frontières et incarcérés dans une résidence de transit, en attendant d’être renvoyés en France. Olivier trompe la vigilance des gardes et s’échappe sans sa fiancée. Il commence alors une vie de clandestin, jusqu’au jour où il récupère les papiers et endosse l’identité d’un blanc tué dans un accident de voiture. Entre-temps, Pauline accepte un poste de bonne dans une famille bourgeoise africaine…… »
 
  Le  peuple  Africain  conscient  qu’un jour  justice lui sera  rendu  pour avoir  subi  toutes  les atrocités (esclavage, travail  forcé, participation  forcée  aux deux guerres  mondiales )  doit  saisir  cette  opportunité  de la crise  pour  mieux  se positionner  sur l’échiquier  international.  Malheureusement  les richesses  du sous-sol  Africain  semblent constituer  une  malédiction pour ce  continent.  Le  pétrole, l’or, le diamant, les produits  agricoles  etc.…sont  la  source  de tous les conflits ethniques et politiques. Lorsqu’une découverte  d’une réserve  est  faite  dans  un pays, les mois  ou les années  qui suivent  sont toujours  émaillés  de  guerres  ou de coups d’état  militaire. Il faut que  les Africains  se réveillent  et  prennent  conscience  qu’aujourd’hui  le monde  entier a besoin  de l’Afrique, et  qu’elle est  devenue  incontournable  en ce millenium  et donc  s’unir  et  faire  preuve  de solidarité et d’amour  entre  ses  peuples.  Les  Africains  doivent croire  que  c’est  possible  d’emprunter  en fin  la  voie  du développement en faisant  aussi confiance  aux  nouvelles  générations  issues  de l’hexagone, de  la diaspora  Africaine. 
 
                                            René KOUAME  (Italie)                                
                                             (Référence  ATRIUM)          

DIASPORAS-NEWS                    
          
 
         
                   
 

RELATED ARTICLES

Most Popular

Recent Comments