jeudi, janvier 27, 2022
AccueilNon classéNigeria: attentat-suicide de Boko Haram lors d'un assaut de l'armée

Nigeria: attentat-suicide de Boko Haram lors d'un assaut de l'armée

Nigeria: attentat-suicide de Boko Haram lors d'un assaut de l'armée
Des islamistes présumés du groupe Boko Haram au Nigeria se sont suicidés samedi à Kano (nord) en faisant sauter des explosifs lors d’un assaut de l’armée contre leur cachette, a indiqué samedi une source militaire. Selon le chef de l’armée de l’Etat de Kano, dont la ville éponyme est la capitale, un nombre indéterminé de membres présumés de Boko Haram ont fait sauter une voiture piégée garée dans l’enceinte de leur maison. Ils sont morts sur le coup et et deux hommes de la JTF, une force spéciale déployée pour combattre ce mouvement, ont été blessés, a-t-il précisé.
“Il s’agit d’un suicide collectif car ils savaient que les forces de l’ordre arrivaient”, a déclaré à des journalistes le général de brigade Iliyasu Isa Abba lors d’une visite du site de l’assaut, dans le quartier Sabuwar Gandu.
Les forces de sécurité avaient attaqué la maison dans la nuit de vendredi à samedi à partir de 01H00 du matin, donnant lieu à des échanges de tirs avec les islamistes présumés.
Le nombre de morts dans l’explosion de la voiture n’a pas encore été établi, mais un journaliste de l’AFP a vu les corps de deux hommes devant la maison partiellement détruite.
“Nous ne savons toujours pas combien de suspects se sont fait sauter car notre priorité est de trouver et désamorcer tout explosif qui se trouverait dans la maison”, a expliqué le général Abba.
Quatre femmes et huit enfants, découverts dans une autre partie de la demeure et soupçonnés d’être les familles des islamistes présumés, ont été embarqués par la JTF, a-t-il encore indiqué.
Boko Haram est accusé d’être à l’origine de nombreuses attaques meurtrières au Nigeria, le plus souvent dans le nord.
Kano, la grande métropole du nord majoritairement musulman, avait été secouée le 20 janvier par une série d’attaques spectaculaires revendiquées par Boko Haram, qui avaient fait 185 morts en quelques heures.
Depuis, la ville est le théâtre régulier de violences attribuées au groupe.

AFP

RELATED ARTICLES

Most Popular

Recent Comments