lundi, novembre 28, 2022
AccueilNon classéINVITE DU MOIS : AVEC MARYSE RAYMONDE M’BO AKO

INVITE DU MOIS : AVEC MARYSE RAYMONDE M’BO AKO

INVITE DU MOIS : AVEC MARYSE RAYMONDE M’BO AKO
A l’occasion  de  la  journée  mondiale  consacrée à la femme  Diasporas –news  a décidé  d’aller à la rencontre  de certaines  femmes  qui de par leur travail  et  engagement contribuent  à la promotion de la femme  dans  le monde . Notre  attention a  été  singulièrement  attirée  par une dame qui a réussi  à  hisser  les bijoux et accessoires de haute couture  dans  la classe des géants de la mode  et du showbiz Américain.  Elle  se nomme  Maryse  Raymonde M’BO AKO. Arrivée   aux Etats-Unis d’Amérique dans  les années  92-93,  MARYSE , communément  connue  sous  le nom de  Maye ( Ça m’appartient  en Langue  ATTIE  de Côte d’Ivoire ) s’inscrit  à L’internationale  Académie de Design à Tampa dans l’état de Floride  en  spécialité FASHION  Design.
Un stage de formation s’en suivra avec Erwin Pearl, créateur de bijoux  à New York et à Atlanta, ou elle apprendra le métier dans toutes ces formes.
Après  s’être  spécialisée, MAYE  décide  de s’installer  à son propre  compte  et  crée  son entreprise  , MAYE  FOR  MARYSE  FASHION AND  ACCESSORIES  ou « MAYE » sera sa marque de prestige ,se  concentrant  sur  les bijoux et accessoires de mode  en général .
Voici  l’entretien  qu’elle a  accordé  à Diasporas –News  pour  le plaisir  de nos  lecteurs !
 Diasporas- News : Quelle  est votre histoire et comment pouvez-vous  vous  présenter  à nos  lecteurs ? 
Maryse  Raymonde M’BO AKO (Maye) : Je  vous remercie,  je suis   créatrice d’accessoires  de mode. Originaire  de  la Côte d’Ivoire  je réside  depuis  près de  vingt ans  aux Etats-Unis  d’Amérique  précisément  à ATLANTA.
Les bijoux et accessoires  dans  la culture Akan jouent  un rôle  majeur dans  la beauté de la femme. Moi  j’ai eu cette  passion des bijoux  depuis  mon jeune âge.
Aujourd’hui je suis  arrivée à réaliser mon ambition  grâce un travail assidu et  de la détermination. En collaboration avec un ami  styliste de renom résidant  à New-York je me  suis  engagée à participer  aux semaines  de mode américaine : New York  Fashion Week et New York Africain Fashion Week et depuis  ce jour  je ne me suis plus arrêtée.  
D-N : Etes-vous satisfaite  d’avoir  réalisé votre  rêve ? 
Maye : Absolument ! Je  dirais  oui, mais la satisfaction  se  trouve dans le faite de faire ce que l’on aime dans la vie, avec persévérance et consistance ; il est impossible que l’on ne puisse pas arriver au résultat et à l’objectif qu’on veut atteindre. Tout en restant humble (comme ma mère me le répète tous les jours)  soi- même et continuer de travailler.  Le monde de la mode est très demandant, la création et l’unicité de chacun des créateurs que nous sommes, est ce qui fait notre succès. Donc travail, travail…l’artiste ne s’arrête jamais de créer. 
D-N : Sur  quoi  travaillez-vous  et  qui sont  vos clients ? 
 Maye : Je produis des bijoux et accessoires de mode haute couture à base de différents matériaux.qui s’adaptent à tous styles et à tout genre. Ma culture de femme Africaine et Akan en particulier est un appui sur lequel repose mon inspiration tout en gardant une touche moderne et éthique de mode internationale. « Le large, le gros »est  la tendance des bijoux sur la scène de la mode en ce moment. Ce qui concorde parfaitement avec  l’héritage et  le style de notre culture Africaine. Nous nous  sommes  engagés sur cette voie en restant très mode avec une touche de classe. Ce qui n’exclue pas que notre collection comprend des éléments pour tous les goûts : des bijoux plus petits en or par exemple. Il faut de tout pour faire un monde. Notre travail est de satisfaire chacune de ces belles femmes pour lesquelles nous avons opté de nous lancer dans cet arène.  Nos pièces sont uniques. Ce qui m’encourage le plus c’est l’appréciation du produit Maye pas seulement aux Etats Unis mais aussi dans le reste du monde. Merci à tous et à mon créateur…  Nos clients  sont  diversifiés. Aux  états –unis en particulier, j’évolue dans le milieu de célébrités  (show télévisés, stars de cinéma, chanteurs etc).Nous  avons  parés  de nos accessoires Dondria, chanteuse de R&B, les sœurs Mary-Mary, Y’anna Crawley, Jessica Reedy  des chanteuses de gospel par exemple…Avec la collaboration de J.Bolin Styliste des stars, Nicole Haris Parker, actrice. Pour les shows télévisés comme le Monique show, le Lexi show. Avec la chaine Américaine BET.., le concours Américaine de Gospel, Sunday Best avec Kirk Franklin et le Dove Awards. Ce qui nous fait le plus plaisir c’est notre dernière collaboration avec James Fortune star du Gospel américain et son épouse Cheryl. Si je peux arrêter sur ce ! Que de bénédictions… 
 D-N : On  peut  donc dire que MARYSE  FASHION  se  porte  bien ? 
Maye : Nous  sommes  au travail et  le  plus important  est de  faire  ce qu’on aime  et de  persévérer. Nos articles sont « design »  pour chaque occasion et clientes en particulier  selon  leur  demande. Soyez  tranquilles mesdames, personne d’autre n’aura le même accessoire que Maye aura créé  spécialement  pour  vous.  Une ligne unique, pour femme élégante et stylée !  
D-N : Le  08  mars  est  la  journée  internationale  dédiée  à la femme , qu’attendez-vous  de cette  journée ? 
 Maye : Une journée honorifique, journée sacrée.  Selon moi  c’est quelque chose d’une grande importance. Je crois que   c’est  une manière  de montrer  au monde que nous,  les femmes   existons  et mettre l’accent  sur  notre  importance  dans la société  humaine. Ne dit-on pas  que «  derrière un grand homme il y a  une grande dame » la femme. Je dirai que dernière le monde il y a les femmes. Celles autour de qui tout tourne, qui supportent  tout  dans un foyer, c’est donc normal  qu’elles soient  honorées et célébrées mondialement une fois au moins. 
 D-N : Que pensez-vous 
de la violence sous toutes ses formes faites aux femmes ?
 Maye : Moi je dis Non, No, No, No à la violence  sous toutes ses formes. Et je bannis de mon existence et de mon langage toute violence à l’encontre des femmes.  Selon mes origines Ivoirienne et mon héritage Akan, la femme est le centre de sa famille et de son foyer. Elle est signe de création après Dieu également. Donc très précieuse à Dieu et à la communauté. Il existe dans ces sociétés ce qu’on appelle «matriarcat », qui trace la descendance de tout être de Dieu et de sa mère. Alors, allez – y comprendre  quelque chose à ces hommes ou ces sociétés traditionnelles  et même  modernes  qui bafouent les droits  naturels voir la dignité de la femme, à la «rouler dans la boue » ou lui faire subir  toutes sortes d’humiliations . Malédiction à celui qui porte main sur sa mère.  On n’a pas besoin d’être africain pour le savoir. La loi de la nature s’applique à tout être vivant sur notre planète.  Aux Etats Unis, la femme est d’une telle importance  que la loi américaine la protège et la traite avec égalité et  il n’y a pas de différence avec le sexe opposé. Pouvons-nous suivre cet exemple ? Un autre débat à ouvrir. 
 D-N : En tant  que  femme  qu’est- ce que  vous n’aimeriez pas qu’on vous  fasse ?   
 Maye : Je n’aimerais pas  que mon homme  me marche” dessus” ou  être traitée comme une «  moins que rien » parce que je suis qualifiée de «  sexe faible » Qualification que je n’adore certainement pas. En couple, en partenariat ou à quelque niveau que ce soit, le respect mutuel et la considération  doivent  primer. Certain diront que mon attitude ici met en exergue le fait que tout tourne autour de la femme. Est-elle le “centre de la terre” ? Je dis : “pourquoi pas ” ? Réalité oblige. 
 D-N : Que pensez-vous de l’émancipation de la femme  et de l’entreprenariat au féminin  à ce millénium ?  
 Maye : La femme était au commencement  de l’histoire et  est  l’avenir  de ce monde.  Elle  est présente  dans  toutes les activités.  La  femme à l’instinct  naturel de se lever  très tôt le matin pour aller vendre, vaquer  à ses occupations pour subvenir aux besoins de son foyer et de sa famille… Les femmes Africaines, selon moi, sont entreprenantes  de naissance et de culture.. Il faudrait seulement  que  leurs  actions  soient  soutenues et encouragées, elles jouent   un rôle important dans le développement  de notre belle Afrique. Je me  souviens que ma grand-mère  a été  l’une  des premières femmes entreprenante et à avoir eu  un magasin  de pagne  au marché  de Treichville (Abidjan). Il y a donc cette  image de femmes entrepreneuses  qui montrent  leur  détermination  et  leur  capacité  de  réaliser quelque chose  à tous les niveaux . Une chose  est  de savoir  ce qu’on veut faire  et  être  encouragé pour y arriver.
Il faut mettre  les structures en place, localement, pour une aide mieux organisée .Mais aujourd’hui, nous, femme sommes à la tête de tout et dans tous les secteurs. Je ne commencerais même pas à citer des exemples. La liste sera tellement longue… on ne finira jamais.  
 D-N :  Quel  est  le message  que  vous pouvez laisser  aux femmes  du monde  entier  qui  vont vous lire ?
 Maye : Je voudrais  humblement  inciter les femmes  surtout  de la Diaspora à se concentrer et ne pas abandonner leurs rêves, leurs ambitions. Avec beaucoup de détermination et de courage  il n’est pas impossible de ne pas réussir nos projets, et impossible n’est pas FEMME ! Il faut travailler  ensemble, en union, main dans la main,  pour  être  plus fortes  avec  un  esprit   de solidarité  dans toutes nos entreprises. Je tire mon chapeau à toutes ces femmes entreprenantes, rurales, modernes, … à travers le monde.  L’AFRIQUE – LE MONDE A BESOIN ET COMPTE SUR NOUS  .Nous somme le cœur de l’humanité et nous savons toutes le faire valoir. Vive la femme ! 
 D-N : Êtes-vous un cœur à prendre ? 
 Maye : Rires…. Non, Pas du tout …Je suis aux enchères ou quoi ?  
 D-N : Avez-vous  des   projets  pour l’Afrique ? 
 Maye : Oui  je me prépare  pour  la présentation  de nos  produits  en Afrique. Charité bien ordonnée commençant  par soi-même, dans  un premier  temps,  à Abidjan ma capitale adorée. Ensuite d’autres pays d’Afrique et d ’Europe.  Mais  la  communication  sera  faite  en  temps opportun.  Nous sommes au travail  et ça sera  donc très bientôt.  Nous prenons notre temps  vu notre amour pour un travail professionnaliste   et une  bonne organisation.
 D-N : Au terme  de  cet entretien  quel  est votre  dernier  message ?  
 Maye : Je voudrais  remercier la direction et l’équipe de  Diasporas-news  pour  ce que vous faites  pour la diaspora Africaine dans le monde. Votre travail  contribue aussi à la  promotion de la  femme, parce que  vous  révélez  tout  haut  au monde entier  ce que  nous faisons tout  bas.  Prospérité, bonheur et succès à l’ occasion de cette journée mondiale de la femme à toutes les femmes de votre équipe. Merci de votre travail d’expertes qui fait vivre pleinement ce Magazine.   
                   Entretien  réalisé  RENE  KOUAME (Italie). 
                 * Photos par Markiss Moseley pour Envisions Photography 
                   * Maquillage par Tamysha Tyson
Encadré :
 Pour se procurer  les produits Maye For Maryse, contactez- nous sur Facebook : Maye For Maryse Fashions and Accessories *All rights reserved*        
Et aussi sur notre site : www.mayeformaryse.com

RELATED ARTICLES

Most Popular

Recent Comments