vendredi, septembre 24, 2021
AccueilNon classéDarfour: 13 policiers tués dans une opération de libération d'otages

Darfour: 13 policiers tués dans une opération de libération d’otages

Darfour: 13 policiers tués dans une opération de libération d'otages
Treize policiers soudanais ont été tués et 30 autres blessés dans des heurts avec une "bande armée" alors qu’ils tentaient de libérer trois otages dans la région du Darfour, a affirmé vendredi un porte-parole de la police. "Ce qui s’est passé hier (jeudi) implique une bande armée et non pas un groupe rebelle. La police a tenté de libérer trois otages à Jebel Marra (est). Des heurts ont éclaté avec la bande et nous avons perdu 13 hommes. Trente autres ont été blessés", a affirmé Ahmed al-Touhani à l’AFP.
Il n’a pas été en mesure de donner d’autres détails, notamment des précisions sur l’identité des otages.
Le ministère italien des Affaires étrangères a affirmé qu’il n’y avait "aucune relation entre le cas (de Francesco) Azzara", un travailleur humanitaire enlevé en août au Darfour, et l’opération policière. Le ministère a indiqué s’être mis en contact avec sa famille "pour les rassurer".
La présidente de l’ONG Emergency pour laquelle travaille M. Azzara, Cecilia Strada, a elle aussi indiqué à l’agence Ansa que "selon nos sources locales, il n’apparaît que l’opération policière au Soudan ait concerné notre collaborateur Francesco Azzara".
Le journal soudanais Al-Ahdath avait indiqué, citant des sources policières, que l’un des otages était un Italien et un autre un homme d’affaires de Nyala, la capitale du Sud-Darfour.
Francesco Azzara, un travailleur humanitaire opérant dans un centre pédiatrique au Sud-Darfour, dans l’ouest du Soudan, a été enlevé le 14 août par des hommes armés.
L’ONG italienne Emergency avait précisé que Francesco Azzara, 34 ans, avait été enlevé à Nyala au moment où il se dirigeait en voiture vers l’aéroport de la ville. Il était avec deux autres collègues. La voiture avait été entourée par des hommes armés qui l’avaient fait descendre.
Le ministère des Affaires étrangères italien avait indiqué qu’il travaillait en collaboration avec la mission de l’ONU au Darfour et les autorités locales pour trouver une solution.
Au moins 300.000 personnes ont été tuées et 1,9 million ont été déplacées depuis le début de la guerre du Darfour en 2003 entre des groupes rebelles autochtones et le régime de Khartoum, selon un bilan des Nations unies.
Le gouvernement soudanais affirme de son côté qu’il y a eu seulement 10.000 morts et accuse les tensions entre tribus, les forces minoritaires armées et les bandits d’être à l’origine du manque de sécurité au Darfour.
L’ambassadeur britannique aux Nations unies Mark Lyall Grant a souligné jeudi à New York que la situation sécuritaire au Darfour était "toujours très mauvaise".
Depuis mars 2009, date de la délivrance d’un mandat d’arrêt par la Cour pénale internationale contre le président soudanais Omar el-Béchir pour crimes contre l’humanité au Darfour, une trentaine d’étrangers ont été enlevés. La plupart ont été libérés sains et sauf quelques jours plus tard.
Néanmoins, pour trois pilotes bulgares d’hélicoptères, la captivité a été beaucoup plus longue: ils ont été libérés en juin dernier après 145 jours aux mains de leurs ravisseurs.

Diasporas-News — AFP

RELATED ARTICLES

Most Popular

Recent Comments