samedi, octobre 16, 2021
AccueilNon classéSud-Soudan: Béchir assure souhaiter un Etat stable et sûr

Sud-Soudan: Béchir assure souhaiter un Etat stable et sûr

Sud-Soudan: Béchir assure souhaiter un Etat stable et sûr
"Dans deux jours, je vais aller à Juba pour féliciter nos frères pour leur nouvel Etat, et nous allons renouveler notre engagement à les aider parce que nous voulons un Etat stable et sûr au sud", a déclaré M. Béchir dans une allocution devant des milliers de partisans, retransmise à la télévision.
"Parce que s’il n’est pas sûr, les habitants du Sud vont revenir au Nord", a-t-il ajouté.
"Nous voulons des relations fondées sur les échanges et le commerce, et sur la libre circulation des citoyens", a précisé le président.
Le Sud-Soudan, qui se prépare à proclamer son indépendance samedi à Juba, sa capitale, doit faire face à de nombreux défis, en particulier l’accueil des centaines de milliers de Sudistes réfugiés au Nord et revenus ces derniers mois, ainsi que la recrudescence des violences.
Selon un bilan de l’ONU, plus de 2.360 personnes ont été tuées dans ces violences depuis le début de l’année dans la région autonome du Sud-Soudan.
Les tensions avec le Nord se sont aussi ravivées, essentiellement dans les zones frontalières encore disputées. Les combats font rage depuis un mois dans l’Etat du Kordofan-Sud, situé au Nord mais dont une partie des habitants ont combattu aux côtés des Sudistes pendant la guerre civile (1983-2005).
La semaine dernière à Addis Abeba, le président de la branche nord du SPLM (ex-rebelles sudistes), Malik Agar, a signé un accord avec un proche conseiller de M. Béchir, Nafie Ali Nafie, qui a suscité l’espoir d’aboutir à une solution durable pour le Kordofan-Sud et l’Etat voisin du Nil Bleu, où vivent aussi de nombreux partisans du SPLM.
M. Béchir a exclu tout accord avec la branche nord du SPLM avant la cessation des combats dans cet Etat.
"Après que la rébellion ait éclaté et que des gens aient été tués, ils nous ont apporté un accord disant qu’ils voulaient un partenariat politique", a déclaré jeudi le président soudanais dans son discours. "Nous ne pouvons accepter le partenariat avant qu’un accord sur la sécurité soit en place".
Mardi, la branche nord du SPLM avait déjà accusé M. Béchir de saboter les efforts pour aboutir à un cessez-le-feu.
Selon l’ONU, les combats se poursuivaient jeudi au Kordofan-Sud, où la situation restait tendue et explosive 
.

Diasporas-News — AFP

RELATED ARTICLES

Most Popular

Recent Comments