mardi, août 3, 2021
AccueilNon classéFootball : deux Equato-guinéennes, accusées d’être des hommes, sont suspendues

Football : deux Equato-guinéennes, accusées d’être des hommes, sont suspendues

Football : deux Equato-guinéennes, accusées d’être des hommes, sont suspendues
Championne d’Afrique dames en 2008, vice-championne d’Afrique en 2010 derrière le Nigeria, l’équipe de Guinée équatoriale a-t-elle triché ? Depuis la Coupe d’Afrique des nations organisée à domicile, la sélection équato-guinéenne est régulièrement accusée par ses adversaires de compter des hommes dans ses rangs.
La polémique, lancée il y a quatre ans, avait déjà rebondi lors de la CAN 2010, mais a pris une nouvelle ampleur à trois jours du match d’ouverture de la Coupe du monde féminine en Allemagne (26 juin-17 juillet 2011). A la suite d’accusations portées par la capitaine de l’équipe du Ghana Florence Okoe, deux éléments de l’équipe de Guinée équatoriale ont été suspendus à titre conservatoire par leur Fédération. Il s’agit des sœurs Salimata et Bilguisa Simpore accusées d’être des frères. Toutes deux étaient déjà présentes lors des CAN 2008 et 2010. La question s’était également posée au sujet de la capitaine Genoveva Anonma. Les Ghanéennes ont lancé leurs affirmations après un match de préparation entre les deux sélections.
Les Fédérations responsables des tests de féminité

Cette affaire a été prise au sérieux alors que la Fifa vient d’édicter de nouvelles règles de vérification du sexe pour toutes ses compétitions. Des tests pourraient aussi révéler le caractère hermaphrodite de certaines joueuses.
Les accusations portées envers la Sud-Africaine Caster Semenya, championne du monde 2009 du 800 mètres, invitent en effet à la prudence. La Fifa prévient d’ailleurs : « Le sexe et le genre sont le fruit de processus de développement physiques et psychologiques complexes, et la différenciation apparemment claire entre hommes et femmes peut devenir difficile dans certaines situations. »
La Fédération internationale se dédouane par ailleurs : « Aucun examen de vérification de genre routinier ou obligatoire n’aura lieu lors des compétitions de la Fifa. Il appartient à chaque association membre, avant la nomination de son équipe nationale, de s’assurer du genre correct de tous ses joueurs. » Si rien n’est prouvé au sujet des sœurs Simpore, leur suspension pourrait en revanche avoir valeur d’aveu de la part de la Fédération équato-guinéenne.

RFI – Diaspora-News

RELATED ARTICLES

Most Popular

Recent Comments