Le Worodougou fêté à Paris

Les personnalités présentes et Mme Nahiman Meité , Présidente du Comité d'Organisation de l'Union des Kanigans résidant en France -UKAEF

La salle de fêtes du restaurant Le Salon de la Libération à Saint-Denis, région parisienne, a refusé du monde le samedi 4 janvier dernier. En effet, réunis pour une cérémonie de reconnaissance des fils et filles du Worodougou (une région du nord de la Côte d’Ivoire) résidant en France, les participants sont venus en grand nombre. Les ressortissants de Kani dans l’Hexagone ont réussi leur coup.

Les ressortissants des régions voisines telles que le grand Woroba, le Denguelé, le Bafing et le Béré étaient présents aussi pour marquer leur solidarité. Les organisateurs ont, par moments été débordés par l’affluence. Mais pour la plupart, le jeu en valait la chandelle.

Car c’est finalement tout le Grand Nord de la Côte d’Ivoire qui s’est retrouvé dans cette salle pour faire la fête. Elle était marquée par une cérémonie d’hommage à Bouaké Fofana, DG de la société immobilière étatique SICOGI, et Méité Bouaké, DG de la SOTRA (société des transports abidjanais), deux cadres de la région, invités à Paris par les organisateurs. À eux se sont ajoutés, le député de Kani, Ben Méité, les deux parrains Aly Koné et Yaya Méité.

Au cours d’une soirée mémorable ponctuée par de nombreux discours, il y a eu des prestations artistiques de Nabi Dosso et de Soum Bill, deux vedettes de la chanson ivoirienne qui ont démontré toute l’étendue de leur talent. Les invités spéciaux en ont profité pour exhorter leurs hôtes à investir en Côte d’Ivoire. Des programmes immobiliers conçus pour les expatriés ont été dévoilés aux « Parisiens ». Pour ce qui concerne la SOTRA, il est bon de savoir qu’à l’arrivée de Bouaké Méité, la société ne comptait que 90 bus dans un état de délabrement avancé contre 1500 aujourd’hui.

D’importants dons ont été remis par les invités en leurs noms propres mais aussi aux noms du président de l’Assemblée Nationale ivoirienne, Amadou Soumahoro, et du ministre d’Etat Hamed Bakayoko. En retour, les organisateurs ont offert des présents à leurs invités.

Pour les deux DG, il s’agissait aussi de rassurer la diaspora ivoirienne vivant en France : « Le pays va bien et tout se passera bien cette année pendant les élections. » Au final, cette soirée fut une belle réussite à mettre au crédit des organisateurs. Car la grève dans les transports parisiens n’a pas eu d’impact sur la mobilisation des participants.

Malick Daho pour Diasporas-News