samedi, août 13, 2022
AccueilPolitiqueSuccession de Paul Biya, conflits, pauvreté : les défis du Cameroun

Succession de Paul Biya, conflits, pauvreté : les défis du Cameroun

Après quatre décennies d’un règne autoritaire du président Paul Biya, à la santé chancelante à 89 ans, le Cameroun, qui accueille lundi le président français Emmanuel Macron, est confronté à des défis sécuritaires et un processus de “succession” périlleux.

– “Succession” à risque

Malgré un état de santé manifestement dégradé depuis quelques années, Paul Biya continue de donner le sentiment d’administrer seul le pays, en s’appuyant certes sur un cénacle très restreint mais dont il nomme et bannit impitoyablement les membres à sa guise. Les plus chanceux ont connu la disgrâce, d’autres la prison.

Au pouvoir depuis 1982, il ne fait plus que de brèves apparitions publiques, manifestement à la peine pour se déplacer, et ses rares discours enregistrés sont prononcés laborieusement.

Dès lors, la rumeur enfle régulièrement sur un Paul Biya mort ou moribond, démentie à chaque fois par une vidéo ou des photos, tandis que parler de sa succession est tabou, même pour les plus proches. Personne n’a jamais osé sortir du bois, ni même esquissé, du moins publiquement, la moindre intention.

Le candidat qui sera promu par le tout-puissant Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC) de M. Biya sera sans nul doute élu, comme le fut M. Biya, sept fois sans coup férir au nom du RDPC.

“L’opposition n’est pas suffisamment unie et solide pour briguer sérieusement la magistrature suprême”, juge le politologue Jacques Ebwea. D’un autre côté, le RDPC “risque de s’émietter en plusieurs factions à la mort du président” et de se diviser sur les prétendants, prévient son confrère Louison Essomba.

Parmi les plus sérieux: le secrétaire général de la présidence, Ferdinand Ngoh Ngoh, réputé proche de la très influente première Dame Chantal Biya. Il exerce de facto par délégation une bonne partie du pouvoir exécutif et a placé ses pions au sommet de l’administration.

– Deux conflits sanglants

Le Cameroun est le théâtre de deux conflits sanglants: séparatiste dans l’ouest et jihadiste dans le nord.

Depuis cinq ans, les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, peuplées principalement par la minorité anglophone de cette ex-colonie française majoritairement francophone, sont en proie à une guerre entre des groupes armés réclamant l’indépendance et des forces de sécurité massivement déployées par un Biya intraitable, même avec les plus modérés qui réclament une solution fédéraliste.

Les rebelles comme les forces de l’ordre sont régulièrement accusés par l’ONU et les ONG internationales de crimes contre les civils, principales victimes d’un conflit ayant déjà fait plus de 6.000 morts depuis 2017 et déplacé un million d’habitants, selon International Crisis Group (ICG).

Dans la région d’Extrême-Nord, les jihadistes de Boko Haram et du groupe Etat islamique en Afrique de l’Ouest (Iswap) ont quitté leur berceau du Nigeria voisin ces dernières années pour mener de nombreuses attaques meurtrières.

Répression de l’opposition

Enfin, Paul Biya fait impitoyablement réprimer, notamment depuis sa réélection très contestée en 2018, toute opinion dissonante avec les arrestations et de lourdes condamnations de centaines de cadres et militants de l’opposition à la suite de marches pacifiques en 2020.

En décembre dernier, une cinquantaine de personnes ont été condamnées à des peines de un à sept ans de prison pour “rébellion” et Amnesty international a accusé en janvier le pouvoir d’en avoir fait “torturer” certaines.

Récemment sermonné ou blâmé par l’ONU, les ONG internationales et des capitales occidentales, dont la France, pour les atteintes répétées aux droits humains par les forces de sécurité et la justice selon elles, Paul Biya ne fait pas grand cas de ces critiques.

– Economie à la peine

Malgré d’abondantes ressources naturelles (pétrole, bois, minerais, coton…), le Cameroun stagne dans la catégorie des pays à revenu intermédiaire de la Banque mondiale.

Son économie n’est pas, et de loin, à la hauteur de son potentiel après quatre décennies de promesse d’un pouvoir accusé de corruption et de mauvaise gouvernance. Le pays est classé 144e sur 180 dans l’indice de perception de la corruption 2021 de Transparency International et ne parvient pas à attirer suffisamment l’investissement, notamment étranger, selon la Banque mondiale.

Un tiers de ses 28 millions d’habitants vit avec moins de deux euros par jour et le taux de pauvreté atteint près de 40%, selon l’ONU. Seuls 10% des actifs ont un emploi dans le secteur formel.

RELATED ARTICLES

Most Popular

Recent Comments