mercredi, mai 29, 2024
AccueilCulture9è Jeux de la Francophonie : Maroc, Maurice ou Nantes pour organiser...

9è Jeux de la Francophonie : Maroc, Maurice ou Nantes pour organiser la fête ?

Pour la première fois de l’histoire des Jeux de la Francophonie, un futur pays hôte Nouveau-Brunswick (Canada) a renoncé. Conséquence, le CIJF continue de lui chercher un remplaçant. Les candidatures restent ouvertes jusqu’au 31 mai 2019.

Le désistement de la province canadienne du Nouveau-Brunswick a redistribué les cartes dans l’organisation des prochains Jeux de la Francophonie, après Abidjan 2017. Ouvertes jusqu’au 31 mai 2019, les candidatures des différentes nations pour abriter l’évènement tardent encore à atterrir sur le bureau du CIJF. Une situation qui embarrasse l’Organisation internationale de la Francophonie. Toutefois, des sources proches du dossier ont récemment confié que l’Ile Maurice, le Québec, le Maroc et la ville de Nantes étaient intéressées. « Le problème est qu’il y a un fossé entre l’intention et l’officialisation d’une candidature », rappelle, lucide, un membre du Comité d’organisation des Jeux de la Francophonie dont nous taisons volontairement le nom.

Alors, où aura lieu la 9è édition de cette manifestation sportive et culturelle qui se déroule tous les quatre ans ?

Impatiente de régler ce souci majeur, surtout que c’est la toute première fois qu’un futur pays hôte jette l’éponge,  l’OIF est dans l’impasse. Face à cette situation cocasse, une option pourrait être activée, revenir sur le sacro-saint principe des Jeux de la Francophonie organisés en alternance dans les pays du « Nord » et dans ceux du « Sud ». Dans ce schéma, des Etats du « Sud » pourraient être sollicité pour 2021 au lieu de 2025.

Pour rappel, 55 millions d’euros sont requis pour postuler à l’organisation de l’évènement. On comprend mieux pourquoi les pays ne se bousculent pas au portillon du CIJF. Après donc Antananarivo 1997, Ottawa-Gatineau 2001, Niamey 2005, Beyrouth 2009, Nice 2013 et Abidjan 2017, le pays hôte de la 9è édition des Jeux de la Francophonie demeure une énigme.

GFY, paru dans le Diasporas-News n°105 d’Avril 2019

RELATED ARTICLES

Most Popular

Recent Comments