vendredi, octobre 22, 2021
AccueilNon classéSoudan: la famine menace la région du Kordofan-sud

Soudan: la famine menace la région du Kordofan-sud

Soudan: la famine menace la région du Kordofan-sud

Des centaines de milliers de personnes dans l’Etat du Kordofan-Sud, au sud du Soudan, sont menacées par la famine alors que Khartoum bloque toujours l’aide internationale, avertit une étude rendue publique jeudi aux Etats-Unis.

“Si la communauté internationale ne réagit pas à ces signaux d’alarme au Kordofan-Sud, la situation pourrait avoir des conséquences dévastatrices”, affirme John Prendergast, co-fondateur de Enough Project, association d’aide internationale basée à Washington qui a conduit ces recherches.

Une équipe de professionnels de santé du groupe s’est rendue dans la région, qui est sous le contrôle des rebelles de la branche nord du Mouvement populaire de libération du Soudan (SPLM-N).

De nombreuses personnes ayant fui le conflit, qui fait rage depuis plus d’un an, sont contraintes de vivre dans des grottes dans les montagnes, ont-ils constaté.

Les observateurs d’Enough Project, qui ont passé deux semaines dans le pays courant août, ont examiné 2.467 enfants âgés de 6 mois à 5 ans: 14,9% d’entre eux souffraient de malnutrition sévère.

Environ 81,5% des familles vivent avec seulement un repas par jour, une augmentation exponentielle par rapport à l’année passée où elles étaient seulement 9,5% dans ce cas. Il y a deux ans aucune famille de la région n’était dans cette situation.

Plus inquiétant, 73,2% des ménages n’ont aucune source de revenus, et 65,7% des familles n’ont qu’une semaine de nourriture devant elles.

L’équipe de Enough Project n’a pas pu se rendre près de la ligne de front où s’opposent les soldats de Khartoum et les rebelles, mais la situation est probablement encore pire là-bas, craignent-ils.

Environ 350.000 personnes sont prisonnières dans cette zone régulièrement bombardée par les autorités soudanaises. Près de 70.000 autres font face à des conditions similaires dans l’Etat voisin du Nil Bleu.

“C’est une famine politique. En raison des bombardements quasi-quotidiens par le gouvernement du Soudan, ses propres habitants n’ont pas pu planter de cultures ou faire de récoltes”, a repris Jonathan Huston, directeur de la communication du projet.

“Donc quand la saison sèche arrivera, d’ici quelques semaines, les récoltes seront très faibles et amélioreront à peine la situation déjà proche de la famine qu’ils connaissent dans la région”, a-t-il ajouté.

M. Huston a demandé à la communauté internationale de pré-positionner 20.000 tonnes de nourriture, ainsi que de l’aide matérielle et médicale près de la frontière pour ensuite faire pression sur le gouvernement de Khartoum afin qu’il lève son blocus. 

AFP 

RELATED ARTICLES

Most Popular

Recent Comments