Burkina Faso: Liberté provisoire pour Rama la Slameuse

Rama la Slameuse est la première artiste burkinabé à se lancer dans le Slam en 2008

Accusée de blanchiment de capitaux et écrouée à la MACO depuis le 24 juin, l’artiste burkinabé Rama la Slameuse a été libérée le vendredi 16 août pour des raisons de santé.

L’artiste burkinabé Rasmata Diallo plus connue sous le surnom « Rama la Slameuse » respire l’air frais de la liberté (provisoire) depuis le vendredi 16 août. Selon son avocat Me Paul Kéré, elle a été libérée pour des raisons de santé. Pour la petite histoire, elle avait investi la somme de 25 millions de francs CFA (environ 38.000 euros) dans l’anniversaire de sa fillette Gloria, lui offrant au passage un véhicule neuf.

Écrouée à la Maison d’arrêt et de correction de Ouagadougou (MACO) depuis le 24 juin 2019 pour blanchiment de capitaux, outrage à agent, menace de mort, rébellion et atteinte à la vie privée, son jugement était annoncé pour le mois de juillet.

Rama la Slameuse qui s’est rendue célèbre sur les réseaux sociaux pour ses clashs et sa démesure pour la luxure, souffrirait de troubles cardiaques. Comme on le constate, seulement sept semaines passées dans les liens de la détention auront eu raison de la santé de l’artiste auteure de « Fierté nationale ». Lancée dans le Slam en 2008 avec un message touchant toutes les couches de la société burkinabé, Rama la Slameuse compte à ce jour un album de huit titres sortis en 2014 mais aussi deux singles. Sa thématique demeure la tolérance, le pardon et la cohésion sociale.

Guy-Florentin Yameogo pour Diasporas-News