lundi, janvier 24, 2022
AccueilNon classéRDC: l'opposition rejette les concertations du gouvernement

RDC: l'opposition rejette les concertations du gouvernement

RDC: l'opposition rejette les concertations du gouvernement
Plusieurs dizaines de partis de l’opposition en République démocratique du Congo (RDC), réunis en “conclave” ont rejeté les “concertations nationales” annoncées par le chef de l’Etat Joseph Kabila et ont demandé l’organisation d’une réunion sous l’égide des Nations unies, selon un communiqué commun publié vendredi.
Les principaux partis d’opposition, l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) d’Etienne Tshisekedi et le Mouvement pour la libération du Congo (MLC) de Jean Pierre Bemba, avaient déjà rejeté ces concertations. Le “conclave”, qui réunissait 76 autres partis, s’est tenu du 6 au 11 juillet à Kinshasa.
Kabila a annoncé le 26 juin dernier ces rencontres en précisant qu’elles devraient porter sur la gouvernance, l’économie, le désarmement, les conflits communautaires et la décentralisation. Il en a confié l’organisation aux présidents des deux chambres du parlement, considérés comme proches du pouvoir.
Pour l’opposition, la proposition gouvernementale ne correspond pas à la recommandation des Nations unies d”organiser “un dialogue politique transparent et sans exclusive entre toutes les parties prenantes congolaises”. Elle demande que Mary Robinson, l’envoyée spéciale du secrétaire général des Nations unies, soit le “témoin” de cette concertation et que le chef de l’Etat voisin, le président congolais Denis Sassou Nguesso, en soit le “facilitateur”.
L’opposition souhaite par ailleurs que tous les sujets soient abordés notamment : les violations massives des droits de l’homme, les viols et violences faits à la femme, l’enrôlement des enfants soldats, le pillage et le bradage des ressources naturelles, la formation d’une armée nationale républicaine et moderne, la légitimité des institutions, la corruption.
Elle demande également que le nouveau président de la commission électorale indépendante, l’abbé Appolinaire Malu-Malu, considéré comme proche du chef de l’Etat, soit récusé, et que “la crise de légitimité” née de la contestation des dernières élections soit envisagée.
Par avance le gouvernement a, la semaine dernière, rejeté les demandes de l’opposition affirmant par la voix de son porte parole Lambert Mende que ces concertations ne pouvaient concerner que les Congolais et n’étaient pas susceptibles de remettre en cause le pouvoir en place.
afp

RELATED ARTICLES

Most Popular

Recent Comments