lundi, décembre 6, 2021
AccueilNon classéTuerie de Chevaline: "substances potentiellement explosives" au domicile des al-Hilli

Tuerie de Chevaline: "substances potentiellement explosives" au domicile des al-Hilli

Tuerie de Chevaline:

Des “substances potentiellement explosives” ont été trouvées au domicile familial des al-Hilli, victimes de la tuerie de Chevaline (Alpes françaises), a-t-on appris de source proche de l’enquête, alors que les abords de la maison du sud de Londres étaient évacués.

La nature des substances suspectes n’a pas été précisée, mais un journaliste de l’AFP sur place a constaté l’arrivée d’artificiers britanniques dans un camion de déminage. Un camion de démineurs du “Royal Logistics Corps” était garé devant la maison, alors que la police a fait évacuer les abords du domicile, qu’elle perquisitionne depuis samedi.

Un cordon de sécurité avait déjà été installé autour de cette maison cossue située dans le Surrey, à une quarantaine de kilomètres au sud de Londres. Lundi, il a été étendu aux maisons voisines, la route d’accès au domicile étant désormais fermer.

Par ailleurs, Zaid, le frère de Saad al-Hilli victime de la tuerie de Chevaline, dans les Alpes françaises, était entendu lundi pour la troisième journée consécutive au Royaume-Uni en qualité de témoin, a-t-on appris de source proche de l’enquête.

Tuerie de Chevaline:

Aucune information n’a filtré à ce jour sur le contenu et même le lieu de cette audition menée dans le cadre d’une enquête confiée aux gendarmes français, auxquels les policiers britanniques prêtent assistance.

Les enquêteurs n’ont pas davantage fourni d’éléments sur le déroulement de la perquisition au domicile de la famille frappée par le drame, à Claygate, dans le comté du Surrey, au sud de Londres. Le père Saad, 50 ans, la mère Iqbal, et la grand-mère ont été tués. Les deux fillettes du couple, âgés de 4 et 7 ans, ont survécu à la fusillade sur une route forestière, mercredi dernier.

 Dans ce genre d’affaire, le processus “est toujours très long”, s’est contentée d’indiquer une source proche de l’enquête.  Zaid al-Hilli s’était spontanément présenté à la police britannique dès jeudi. Il a été entendu samedi et dimanche, et de nouveau lundi matin.  Une source proche de l’enquête a spécifié dimanche qu’il était “libre”, mais qu’il avait passé la nuit en dehors de son domicile “en raison de la présence de la presse”.

Tuerie de Chevaline:

Les enquêteurs souhaitent notamment élucider les informations relatives à un différend d’ordre financier entre les deux frères et découvrir toute indice qui permettrait de contribuer à élucider le mystère de la tuerie.  Zaid al-Hilli travaille selon les médias depuis plus de dix ans pour Burhill Group Ltd, un groupe qui possède notamment des golfs et des biens immobiliers, et vit également dans le comté du Surrey.

Le procureur d’Annecy Eric Maillaud a par ailleurs confirmé lundi que la troisième personne trouvée dans la voiture criblée de balles des al-Hilli, d’origine irakienne, était bien la grand-mère, résidant en Suède.

Zeena, la plus jeune des fillettes du couple est indemne mais traumatisée. Elle a été entendue à deux reprises en France sans être en mesure de fournir d’éléments déterminants et a regagné dimanche la Grande-Bretagne dans un lieu tenu secret.

Zainab, 7 ans, touchée par balle à l’épaule et violemment frappée à la tête, est sortie dimanche du coma artificiel où les médecins l’avaient plongée mais n’a pu être immédiatement entendue. La fillette était lundi “toujours sous sédatifs”, a indiqué le procureur de la République d’Annecy, qui espère que ce témoin clé pourra être entendu dans les prochains jours.

“Elle était dans un coma artificiel, en est sortie dimanche, se trouve sous sédatifs, c’est un processus normal”, a poursuivi la magistrat.

Tuerie de Chevaline:

Quand les médeci
ns jugeront que son état de santé le permet, elle pourra être entendue par des gendarmes en milieu hospitalier, a ajouté Eric Maillaud à l’AFP, précisant que “pour l’instant ils font barrage”.

Zainab est considérée par les enquêteurs comme un témoin essentiel du drame. Elle est en effet la seule à avoir vu le ou les assaillants, à pouvoir donner leur nombre et leur description, sa petite soeur de quatre ans, également rescapée, s’étant cachée et n’ayant rien vu.

Son pronostic vital était engagé le soir du drame car elle avait reçu des coups extrêmement violents à la tête et une balle dans l’épaule. Elle avait été plongée en coma artificiel pour permettre à son corps de récupérer.

Son audition devrait être menée par des enquêteurs spécialisés dans le témoignage des enfants. 

AFP 

RELATED ARTICLES

Most Popular

Recent Comments