vendredi, septembre 24, 2021
AccueilNon classéL'Italie inaugure sa première plage publique non fumeur

L'Italie inaugure sa première plage publique non fumeur

L'Italie inaugure sa première plage publique non fumeur

Jusqu’à la fin de la saison et sur près de 1.000 mètres carrés de sable, les touristes seront invités à limiter ou éliminer complètement la consommation de cigarettes. Selon la mairie, en Europe, la seule autre plage non fumeurs existe en France à La Ciotat, près de Marseille.
Pour le moment, selon le maire Pasqualino Codognotto, ce n’est qu’un ballon d’essai. "Il n’y a, actuellement, aucun acte administratif donc les fumeurs ne seront pas sanctionnés", a-t-il dit à l’AFP.
Des panneaux installés sur la plage expliquent qu’il ne s’agit pas d’une interdiction mais plutôt du droit à une plage propre. Des hôtesses et stewards informeront les estivants et rassembleront des données statistiques pour répertorier leurs réactions.
"C’est une initiative expérimentale qui naît de la volonté d’avoir une plage nettoyée des mégots mais aussi d’un engagement sur le plan de la santé", a expliqué le maire.
M. Codognotto a déjà reçu beaucoup de lettres et de courriers électroniques d’approbation de ses concitoyens et même de touristes d’autres régions.
"Une femme a écrit pour dire qu’elle ne connaissait pas Bibione mais qu’elle viendrait y passer ses vacances l’année prochaine si l’initiative est confirmée", s’est-il réjoui.
Le maire n’a pas pour autant oublié les fumeurs: "si on arrive à penser la plage comme un grand établissement public, il y aura sans doute des espaces dédiés aux fumeurs".
Pour le président de la Fédération italienne des buralistes (FIT), Giovanni Risso, l’initiative bien qu’expérimentale semble "excessive".
"Comme en Italie il n’y a pas de prohibition pour fumer dans les espaces ouverts, je ne vois pas comment le maire de Bibione pourra transformer ce test en acte administratif", a-t-il souligné.
Il a reconnu la pollution constituée par les dizaines de mégots abandonnés par les fumeurs sur les plages mais pour lui, "c’est une question de comportement" et de bonne éducation, qui n’a pas à faire l’objet d’une interdiction.

Diasporas-News –AFP

RELATED ARTICLES

Most Popular

Recent Comments