Le directeur de cabinet du président de la République Patrick Strzoda a affirmé mardi ne pas avoir saisi la justice à propos des actes commis par Alexandre Benalla le 1er mai parce qu’il n’avait « pas assez d’éléments » pour le faire.

« J’ai considéré qu’à mon niveau je n’avais pas assez d’éléments pour justifier un recours à l’article 40 », a déclaré M. Strzoda devant la commission d’enquête de l’Assemblée, soulignant qu’aucune plainte n’avait été déposée et que les « autorités d’emploi » de M. Benalla ne l’avait pas évoqué.