Les présidents sénégalais et chinois ont inauguré dimanche à Dakar une arène de lutte, sport très populaire dans le pays, financée par Pékin, au deuxième et dernier jour de la visite au Sénégal du dirigeant chinois en tournée africaine, ont constaté des journalistes de l’AFP.

Le dirigeant chinois Xi Jinping a symboliquement remis dimanche matin à son homologue sénégalais Macky Sall les clefs de l’arène nationale de lutte de Pikine (banlieue de Dakar), lors d’une cérémonie marquée par une chorégraphie de lutteurs. Les deux dirigeants ne se sont pas exprimés.

La nouvelle infrastructure, construite en 28 mois par des entreprises chinoises, financée par la Chine pour un montant de 32 milliards de FCFA (48,7 millions d’euros), est d’une capacité de plus de 20.000 places.

« L’arène nationale vient combler un vide dont souffrait la lutte », a déclaré le ministre sénégalais des Sports, Matar Bâ. L’infrastructure est « polyvalente » et outre la lutte, peut accueillir d’autres disciplines sportives comme la boxe et les arts martiaux et des activités socio-éducatives comme des concerts, selon le ministre.

Cette arène était une vieille doléance des professionnels de la lutte au Sénégal, contraints d’organiser leurs compétitions dans des stades de football.

Avant l’inauguration de l’arène de lutte, les deux dirigeants sénégalais et chinois avaient signé samedi dix accords dans des domaines liés notamment à la justice, la coopération économique et technique, les infrastructures, la valorisation du capital humain et l’aviation civile.

Le Sénégal et la Chine ont renforcé leurs liens économiques et commerciaux depuis le rétablissement de leurs relations diplomatiques en 2005.

La Chine est le deuxième partenaire commercial du Sénégal, derrière la France, avec un volume d’échanges de deux milliards de dollars en 2016, incluant des projets d’infrastructure, selon des chiffres officiels sénégalais.

La Chine est aussi le deuxième fournisseur du Sénégal après la France, avec des importations passées de 227 milliards FCFA (plus de 346 millions d’euros) en 2013 à 367 milliards FCFA (plus de 559 millions d’euros) en 2017.

Le Sénégal était la première étape d’une tournée africaine du dirigeant chinois qui doit quitter Dakar dimanche pour se rendre au Rwanda et en Afrique du Sud, alors que Pékin cherche à renforcer ses échanges avec l’Afrique.