Une boutade qui finit par provoquer un débat identitaire: l’animateur de l’une des émissions phare de la télévision américaine, « The Daily Show », s’est attiré les foudres de l’ambassadeur de France à Washington pour avoir affirmé que l’Afrique avait remporté la Coupe du monde après la victoire de la France.

Le Sud-Africain Trevor Noah, l’un des humoristes et présentateurs les plus connus des Etats-Unis, avait félicité « l’Afrique » pour cette victoire en raison des origines immigrées de beaucoup de joueurs français.

« L’Afrique a gagné la Coupe du monde! », s’était réjoui l’animateur. « Je comprends, il faut qu’ils disent que c’est l’équipe de France mais regardez-les, hein. On ne devient pas aussi bronzé en traînant dans le sud de la France, les amis ».

La plaisanterie a aussitôt provoqué une avalanche de réactions sur les réseaux sociaux, relançant le débat sur les modèles d’immigration américain et français. Et si elle a fait rire beaucoup d’internautes, notamment aux Etats-Unis, elle en a aussi choqué de nombreux autres, qui ont accusé –fils d’un père blanc et d’une mère noire ayant grandi sous l’apartheid– de faire le jeu de l’extrême droite.

– Diplomate en colère –

La sortie de l’animateur semble surtout avoir fortement déplu à l’ambassadeur de France à Washington, Gérard Araud. Le diplomate a sèchement répondu mercredi dans une lettre que « rien ne pourrait être plus éloigné de la réalité ».

« Les origines riches et variées de ces joueurs sont le reflet de la diversité de la France », a écrit M. Araud dans cette missive également publiée par l’ambassade sur Twitter. « Contrairement aux Etats-Unis, la France ne se réfère pas à ses citoyens en fonction de leur race, de leur religion ou de leur origine ».

« En les qualifiant d’équipe africaine, il semble que vous niiez leur identité française », a poursuivi l’ambassadeur.

« Même sous forme de plaisanterie, cela légitime l’idéologie qui revendique le fait d’être blanc comme la seule définition de l’identité française », a dénoncé M. Araud, qui défend régulièrement le modèle républicain français sur Twitter.

La réponse de Trevor Noah n’a pas tardé.

« Quand je dis qu’ils sont Africains, je ne le dis pas pour les exclure de leur identité française », a-t-il lancé pendant son émission après avoir lu des extraits de la lettre de M. Araud à son public. « Je le dis pour les inclure dans mon africanité ».

– Double identité –

L’animateur a reconnu que l’extrême droite en France et aux Etats-Unis utilisait l’argument des origines pour attaquer les immigrés, mais il a dit trouver « étrange » de laisser entendre que les joueurs ne pouvaient être à la fois Français et Africains.

« Pourquoi ne peuvent-ils pas être les deux? Pourquoi cette dualité est-elle seulement permise à un petit groupe de personnes? », a-t-il ajouté sous les applaudissements du public.

« Donc ce qu’ils affirment ici, c’est que pour être français vous devez effacer tout ce qui est africain? », a-t-il poursuivi.

« L’Amérique n’est pas parfaite, mais ce que j’aime à propos de ce pays, c’est que les gens peuvent encore célébrer leur identité au sein de leur américanité (…). Vous pouvez aller à une parade portoricaine en Amérique pour célébrer le fait que vous soyez portoricain et américain en même temps », a-t-il fait valoir.

Trevor Noah s’est aussi insurgé contre le fait que, « en particulier en France », médias et politiciens n’évoquaient les origines des immigrés africains que « lorsqu’ils sont sans emploi ou qu’ils ont commis un crime ».

Mais « quand leurs enfants fournissent à la France une victoire à la Coupe du monde, on ne doit les identifier que comme +France+ », a-t-il dénoncé, en affirmant qu’il allait continuer à louer les joueurs « en tant qu’Africains parce que je pense qu’ils viennent d’Afrique –leurs parents sont africains– et ils peuvent être français en même temps ».

« Et si les Français disent qu’ils ne peuvent pas être les deux, alors je pense que ce sont eux qui ont un problème, pas moi », a-t-il encore asséné.

Ce sujet sensible avait déjà été abordé, mais sur un autre ton, par l’ancien président américain Barack Obama, en visite à Johannesburg pour le centenaire de la naissance de Nelson Mandela.

« Tous ces mecs ne ressemblent pas, selon moi, à des Gaulois », avait dit en souriant M. Obama en référence aux Bleus. Mais « ils sont Français, ils sont Français! », avait-il insisté.