Afrique du Sud: 5,4 millions de séropositifs, un chiffre en baisse selon le gouvernement

Afrique du Sud: 5,4 millions de séropositifs, un chiffre en baisse selon le gouvernement
Le gouvernement sud-africain estime à 5,38 millions le nombre de séropositifs dans le pays, sur environ 50 millions d’habitants, a indiqué jeudi le vice-président Kgalema Motlanthe, notant que le nombre de morts du sida commence enfin à baisser. Les derniers chiffres connus faisaient état d’environ 5,7 millions de séropositifs.
"Cela se traduit par un taux de prévalence du HIV de 10,6% pour la population totale, et de 16,6% pour le groupe d’âge de 15 à 29 ans", a détaillé M. Motlanthe devant le Conseil national des provinces (chambre haute du Parlement).
Parmi les femmes enceintes testées, le taux de prévalence a baissé juste sous les 30%, a-t-il ajouté, tandis que le taux de transmission de la mère à l’enfant a baissé de 10 à 3,5% ces trois dernières années.
Les jeunes se convertissent progressivement au préservatif, "ce qui a conduit à une légère baisse (du nombre) des nouvelles infections" parmi eux, a-t-il encore relevé.
"Le taux de nouvelles infections continue a dépasser nos efforts de prévention, c’est pourquoi des programmes de prévention auront la priorité dans le nouveau plan stratégique national qui est mis au point pour 2012-2016", a-t-il toutefois expliqué.
M. Motlanthe n’a pas donné de chiffres plus détaillés. Il s’exprimait quelques semaines après la fin d’une vaste campagne de dépistage qui a concerné près de 14 millions de personnes, dont 2 millions ont été testées positives. 

Afrique du Sud: 5,4 millions de séropositifs, un chiffre en baisse selon le gouvernement
L’Afrique du Sud reste le pays le plus touché au monde en valeur absolue, mais le taux d’incidence est beaucoup plus élevé dans des pays comme le Swaziland, le Botswana et le Lesotho voisins.
"Un important point à noter est que le nombre de morts liés au sida commence à baisser lentement, grâce à l’intensification des traitements aux antirétroviraux", a souligné le vice-président sud-africain.
Le pays dispose désormais du plus important programme du monde en la matière, avec plus de 1,3 million de personnes traitées.
Le gouvernement a annoncé début août que la distribution d’antirétroviraux serait étendue à tous les malades dont le taux de lymphocytes CD4 passerait sous les 350 cellules par microlitre –le taux généralement recommandé–, contre 200 jusqu’à présent.
L’Afrique du Sud revient de loin, la ministre de la Santé jusqu’en 2008, Manto Tshabalala-Msimang, ayant nié jusqu’en 2002 que le VIH était à l’origine du sida.
Surnommée "Dr Betterave", elle estimait qu’une alimentation saine à base de légumes, de betteraves, d’ail, de citron et d’huile d’olive suffisait à combattre la maladie.
L’actuel président Jacob Zuma n’a pas aidé la cause de la prévention, en affirmant qu’il s’était simplement douché pour se protéger du sida après avoir eu des rapports sexuels non protégés avec une femme séropositive, lors d’un procès pour viol il y a cinq ans (au terme duquel il a été acquitté 
.

Diasporas-News — AFP