Maroc: la campagne pour le référendum constitutionnel a commencé (officiel)
Dans un communiqué, le ministère indique que la campagne "commence mardi et prendra fin le 30 juin", pour cette consultation annoncée par le roi Mohammed VI pour une réforme qui renforce notamment les pouvoirs du premier ministre.
La plupart des partis politiques ont déjà appelé à approuver ce projet de réforme qui conserve au souverain de larges prérogatives politiques et religieuses.
Le Parti islamiste Justice et développement (PJD, opposition parlementaire), l’Union socialiste des forces populaires (USFP, coalition gouvernementale) et l’Istiqlal (le parti du Premier ministre) ont appelé à voter "oui". Le Parti du progrès et du socialisme (PPS, coalition gouvernementale) et le Parti authenticité et modernité, proche du roi, également.
D’autres formations ont toutefois appelé à "boycotter" le référendum pour protester contre le contenu du projet de réforme qui ne remet pas en cause, selon eux, "la prééminence de la monarchie". Il en est ainsi du Parti socialiste unifié (PSU, opposition parlementaire représentée par trois députés au parlement marocain), le Parti de l’avant-garde démocratique et socialiste (PADS, non représentée au parlement) et la Voie démocratique (non représentée au parlement).
Le Mouvement de jeunes du 20 février, qui revendique des changements politiques et une limitation des pouvoirs du roi, doit encore faire savoir sa position.
Dans ce projet, le souverain conserve toutes ses prérogatives de Chef de l’état et de Commandeur des croyants, l’autorité ultime en matière religieuse. Il préside le conseil des ministres et le Conseil supérieur du pouvoir judiciaire. Il reste le chef de l’armée et préside un "Conseil supérieur de sécurité", nouvellement créé.

AFP